Les négociations toujours en cours chez Opel

Le conseil de surveillance du 28 mars n’a rien donné de décisif quant à l’avenir des sites de Bochum et d’Ellesmere.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les négociations toujours en cours chez Opel

La filiale de General Motors veut aller plus loin dans le dialogue avec les représentants du personnel concernant sa restructuration.
La maison-mère d’Opel pousse le constructeur à redresser sa situation financière. Une décision qui devrait conduire Opel et Vauxhall à fermer plusieurs sites.

"Tous les participants s'accordent sur le fait qu'Opel doit être rentable et doit prendre des mesures pour accroître son chiffre d'affaires, augmenter ses marges et réduire ses coûts, déclarent Opel et GM dans un communiqué conjoint. Les parties ont convenu de poursuivre le dialogue afin de développer ensemble la stratégie optimale pour améliorer la situation financière de la société."

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Pour l’heure, le président du directoire d’Opel Karl-Friedrich Stracke n’a évoqué aucun détail spécifique concernant la fermeture de sites.

Mais Wolfgang Schaefer-Klug, l'un des principaux représentants syndicaux d'Opel, a écrit dans un document interne que le moral des ouvriers était très bas et que leur capacité à consentir d'autres baisses de salaires pour faire reculer les coûts fixes arrivait à épuisement.

Il faut dire que les salariés du groupe ont déjà connu une vague de restructuration en 2010. Les salariés s’étaient notamment engagés à baisser les coûts du travail de 265 millions d’euros par an sur cinq ans.

Reste que le conseil de surveillance a pris deux décisions. Il a notamment nommé un nouveau directeur des ventes. Mais il a aussi nommé le président du syndicat automobile américain UAW, Bob King, au sein de son conseil de surveillance. Plus précisément Bob King a été nommé par IG Metall, le syndicat allemand de la métallurgie, pour siéger au conseil de surveillance d'Opel en tant que représentant des employés. Sa nomination sera effective au 1er juin.

Il a travaillé étroitement dans le passé avec le vice-président de GM et président du conseil de surveillance d'Opel Steven Girsky, qui chapeaute la réorganisation de la filiale européenne, dont les pertes s'accumulent.

0 Commentaire

Les négociations toujours en cours chez Opel

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS