Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les navires de CMA-CGM ne sentent pas le soufre

,

Publié le

Les navires de CMA-CGM ne sentent pas le soufre
L’armateur n’a pas attendu la réglementation.

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Le 1er janvier 2015, une nouvelle réglementation sur les émissions de soufre par les navires imposera aux armateurs de passer à un carburant à 0,1 % en Manche, en mer du Nord et dans la Baltique. Les professionnels du secteur craignent qu’elle impacte leur activité et les emplois en raison des adaptations lourdes et coûteuses sur leurs flottes. Certains ont pris les devants, comme l’armateur français CMA-CGM, numéro trois mondial pour le transport de conteneurs. Pour tous ses porte-conteneurs à quai en Europe, l’armateur utilise un fuel à 0,1 % de soufre. Sur les autres mers, où la limite est fixée à 3,5 %, la concentration de soufre du carburant utilisé n’excède pas 2,57 %. Mais la politique environnementale décidée au siège marseillais ne se limite pas au taux de soufre. Depuis près de dix ans, il s’est engagé dans une politique de réduction des émissions polluantes en travaillant sur l’amélioration des navires : moteur à injection électronique, safran suspendu à bords orientés, stator à pales fixes... CMA-CGM travaille aussi avec Bureau Veritas et les chantiers Dæwoo à un projet de propulsion alternative. Dès 2015, un porte-conteneurs fonctionnant au gaz naturel liquéfié pourrait voir le jour. Il réduirait les émissions de CO2 de 20 % par rapport aux récents navires et supprimerait les émissions de gaz polluant. 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle