Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Les modèles rétro qui ont tapé dans l'oeil des visiteurs du salon Epoqu'auto à Lyon

Rémi Amalvy , ,

Publié le

Vidéo Du 9 au 11 novembre s'est tenu le 40e salon Epoqu'auto à Lyon Eurexpo. L'Usine Nouvelle revient aujourd'hui sur plusieurs modèles exposés.

Les modèles rétro qui ont tapé dans l'oeil des visiteurs du salon Epoqu'auto à Lyon
La Lamborghini Miura faisait partie des modèles exposés à Lyon ce week-end.
© Andrew Bossi/Wikimedia

Panhard & Levassor Dyna Z1

Après avoir présenté au Salon de Paris de 1946 des petites berlines Dyna, Panhard recommence en 1953 avec un modèle inédit, qui  fait tout de suite sensation : il atteint 130 km/h offre 6 places et  consomme 7 litres aux 100 km. Le constructeur a beaucoup travaillé l’aérodynamisme, ce qui donne à cette voiture sa ligne inhabituelle. Les acheteurs louent son espace, son confort et sa faible consommation qui parfois la classe hors concours dans les "Economy Run", des événements annuels entre 1936 et 1968 (sauf durant la guerre) pour mesurer les  consommations en carburants des véhicules.

La « Z1 » de deuxième génération, encore plus spacieuse et à l’aérodynamisme travaillé, possède un aspect différent, issu du prototype Dynavia et de sa forme en goutte d’eau. Ce nouveau modèle possède quelques nouveautés, comme 4 roues indépendantes et un moteur développant 42 CV grâce à un très bon rendement.

Renault Projet 900

Né en 1959, le Projet 900 provient d’une volonté  d’adaptation du concept de la Dauphine compacte au gabarit d’une berline spacieuse de gamme moyenne. Plusieurs prototypes vont voir le jour. Le premier est réalisé à Turin par le célèbre carrossier Ghia. Toujours au même endroit, le deuxième est conçu par le designer français André Daniel. Le troisième et dernier provient d’un dessin de Robert Barthaud. Son arrière de type fastback, plutôt insolite, lui donne une ligne étonnante. Il est presque difficile de différencier l’avant de l’arrière.

Le Projet 900 ne dépasse pas les 4,30 mètres de longueur et pèse à peine une tonne. Le compartiment moteur abrite un V8 de nouvelle génération de 80 chevaux à 5500 tour minute, permettant à la voiture d’atteindre une vitesse de pointe de 150 km/h. Les concepteurs ne voulant pas lancer de production en série, la 900 ne quittera pas les pistes du centre d’essai et ne sera jamais commercialisée.

Les motos New Map

L’histoire de ces motos commence au début du 20e siècle. Lorsqu’il retourne à Lyon, Paul Martin, mécanicien dans l’aviation durant la guerre de 1914-1918, reprend le magasin de cycles de son père  et choisit d’y concevoir des motos. L’expérience qu’il a acquise lui permet d’innover, avec des châssis à doubles berceaux et des motos haut de gamme. Des innovations qui permettent à la marque de se distinguer lors de compétitions. Elle figure aux palmarès de nombreuses courses régionales, comme à Saint-André-de-Corcy (Ain) en 1924.

Mais des problèmes de gestion forcent Paul Martin à vendre au début des années 40. Après la Seconde Guerre mondiale, New Map ne réussit pas à retrouver son rayonnement. Elle propose des petits moteurs de 50 à 175 cm3 alors que la mode est aux grosses cylindrées. La production fini par s’arrêter en 1959.

Lamborghini Miura

Tirant son nom d’une race de  taureaux de combat espagnols, la Lamborghini Miura fait sa première apparition publique au salon de Genève de 1966. Son aspect particulier provient de l’imagination d’un jeune designer italien de 27, Marcello Gandini, responsable du style chez Bertone. C’est  le début d’une longue collaboration entre la marque et le carrossier de Grugliasco. La carrosserie est composée de trois parties, toutes démontables séparément pour faciliter l’accès au moteur : l’avant, le cockpit et l’arrière.

Lamborghini Miura P400 (photo Lamborghini)

Avec sa vitesse de pointe de 280 km/h, la Miura est l’une des voitures les plus rapides du monde, si ce n’est la  plus rapide. Conçu par l'ingénieur Bizzarrini, son moteur V12 offre une puissance de 350 chevaux à 7000 tr/mn. Avec sa hauteur de 1,05 mètre, la Miura semble collée à la route. Elle est également très légère, avec ses 980 kg. Alors que les commandes explosent, la commercialisation ne débutera qu’en 1967, la faute à divers problèmes de mise au point. Plusieurs évolutions verront le jour, comme la  Miura S en 1968, qui atteint les 300 km/h, et la Jota de 1969, prototype de course jamais commercialisé.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle