Les menaces sur l'emploi chez Doux se précisent

Deux jours après la mise en redressement judiciaire la semaine dernière, la direction a convoqué ce 5 juin un comité central d’entreprise extraordinaire à Châteaulin.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les menaces sur l'emploi chez Doux se précisent

Selon les syndicats, des premiers licenciements sont envisagés au siège administratif du volailler Doux. "Il ne faut pas se voiler la face, il y a du licenciement dans l'air (...). On n'a aucune garantie sur les emplois. Ils (la direction) vont commencer (les supressions d'emplois) par le siège administratif avant d'atteindre les sites. Personne n'est à l'abri au sein du groupe Doux", a affirmé la déléguée syndicale FO, Nadine Hourmant.

"Il (le directeur général) nous a dit: +la première vague de licenciement, c'est l'administratif+. A partir de demain, on est reparti pour des plans de licenciements incessants dans le groupe", a indiqué de son côté le délégué CGT, Raymond Gouiffes.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Avant même cette rencontre, la déléguée centrale FO de Doux se disait peu confiante en la direction."Je veux que notre direction soit honnête avec notre personnel, que toutes les informations, que toutes les cartes soient mises sur table", a-t-elle ajouté.

Elle a notamment mis en avant la nécessité d’avoir de la part de la direction des réponses sur le devenir du groupe Doux, le montant de la dette réelle et la raison du refus de la proposition d’aide du gouvernement à hauteur de 35 millions d’euros.

"J'attends que mon employeur s'exprime et nous donne sa version", a également déclaré la syndicaliste. "Il faut qu'on puisse travailler sereinement, main dans la main et qu'on se dise qu'on a tous un groupe à sauver, les emplois, les fournisseurs, les aviculteurs qui travaillent pour nous, a poursuivi la responsable syndicale. Des choses ont été promises aux aviculteurs mais on va aviser au fil de l'eau. Ce n'est pas la première fois qu'on nous dit que tout va bien et que finalement on plonge".

Du côté des éleveurs, ils devraient être payés comptant pour leurs prochaines livraisons, afin que l’activité du groupe puisse se poursuivre sur le court terme au moins.

Ces paiements ne concerneront cependant pas, à ce stade, les arriérés dus aux quelque 800 éleveurs français sous contrat avec le leader européen de la volaille. Ceux-ci subissent des retards de 60 à 80 jours en moyenne, et jusqu'à 115 jours dans certains cas.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Agroalimentaire
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    DOUX
ARTICLES LES PLUS LUS