L'Usine Santé

Les médicaments sans ordonnance toujours en grande forme

Astrid Gouzik ,

Publié le

Les fabricants de médicaments sans ordonnance présentaient, le vendredi 3 février, leur baromètre 2016. Les ventes ont encore progressé l’année dernière.

Les médicaments sans ordonnance toujours en grande forme © Elliott Brown CC Flickr

Les scandales sanitaires à répétition, à l’instar de la Dépakine ou du Mediator, les controverses autour de la vaccination… Vu l’actualité de ces derniers mois, rien d’étonnant à ce que les Français soient de plus en plus consommateurs de médicaments sans ordonnance.

Selon les chiffres publiés par l’association des industriels du secteur, les ventes des médicaments sans ordonnance et non remboursés ont augmenté de 3,3% en valeur en 2016. Quand on y ajoute les dispositifs médicaux et les compléments alimentaires non prescrits, le marché de l'automédication a connu une croissance de 4,8% à près de 3,9 milliards d'euros. Selon une étude réalisée par 60 millions de consommateurs en 2015, 72% des sondés pratiquent l’automédication car ils pensent connaître le traitement approprié à leurs symptômes. Du côté des industriels, c’est un moyen de contenir le déficit de la Sécurité sociale et de désengorger les cabinets médicaux qui ont du mal à absorber les pics épidémiques.

Boiron et Sanofi, poids lourds du marché

Sans grande surprise, les deux champions de l’automédication en 2016 ont été le spécialiste de l’homéopathie Boiron et le laboratoire Sanofi. Le premier est porté par les ventes de son blockbuster Oscillococcinum, dans la prévention des états grippaux, alors que le second commercialise notamment toute la gamme d’antalgique Doliprane. La position du laboratoire sur ce marché devrait encore être renforcée puisqu’il vient de s’offrir les activités de santé grand public de Boehringer Ingelheim. Il met ainsi la main sur toute la gamme Lysopaïne, quatrième marque en termes de valeur, selon le classement de l’Afipa (Association des fabricants de médicaments sans ordonnance).

Les fabricants ont estimé que le développement de l’automédication permettrait une économie d’environ 1,5 milliard d’euros en un an à la collectivité. "Ce montant pourrait être réalloué à d’autres postes de dépenses : traitements innovants, soins de ville mal remboursés, etc", précise l’Afipa qui déplore que la question de l’automédication soit la grande absente de la politique de santé. En pleine campagne présidentielle, l’appel est lancé !

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte