Les marges de la filière agroalimentaire n'ont jamais été aussi faibles

Le président de l’Association nationale des industries agroalimentaires (Ania) s’inquiète du contexte de guerre des prix entre enseignes de la grande distribution, qui pèse sur les industriels. Le secteur enregistre les niveaux de marge les plus bas depuis 1974.

Partager


Jean-Philippe Girard, président de l'Ania

"La guerre des prix fait toujours rage !" alerte Jean-Philippe Girard, le président de l’Association nationale des industries agroalimentaires (Ania). Après une vague de négociations commerciales annuelles avec la grande distribution qualifiée de très difficile par beaucoup d’industriels, l’association présentait ce mardi 29 mars le bilan 2015 du secteur.

Le mois de janvier 2016 représente le 31e mois consécutif de déflation sur l’ensemble des produits de grande consommation, et atteint un niveau de déflation inobservé depuis huit ans explique l’Association, chiffre du panel IRi à l’appui. "Il faut faire évoluer la loi LME (introduisant la libre négociabilité des prix – NDLR) qui a rendu la guerre des prix licite, explique Jean-Philippe Girard. Le ministre de l’Economie a demandé un audit de cette loi, il faut se mettre au travail. Si nous ne faisons rien, nous allons repartir comme cela en 2017. Les mois qui viennent vont être clé pour notre secteur".

Selon l’Ania, entre 2004 et 2016, les industriels du secteur ont perdu six points de marge (EBE/VA). "En 2015, elle est resté stable, mais à des niveaux inobservés depuis quarante ans", souligne l’association, qui incrimine, sur la période allant de 2009 à 2015, la dégradation des termes de l’échange, c’est-à-dire la difficulté pour les industriels à passer des hausses de tarifs.

Pour l’association, la guerre des prix n’a aucun impact sur la consommation alimentaire qui, depuis deux ans, progresse moins vite que celle des autres biens. Elle sera davantage liée à l’évolution démographique.

L’investissement en berne

Le secteur bénéficie aujourd’hui des niveaux bas des cours du pétrole et des taux d’intérêts, mais pâtit des cours des matières premières alimentaires qui, quoique en baisse, restent encore à des niveaux élevés et surtout très volatiles. Si globalement la conjoncture est favorable à l’activité et à la reprise de l’investissement, les chefs d’entreprise de l’agroalimentaire, à contrario de l’industrie globale, voient plutôt leurs perspectives d’activité évoluer négativement à court terme.

"L’agroalimentaire est le seul secteur industriel qui ne tient pas ses prévisions d’investissement", commente-t-on à l’Ania : alors qu’ils prévoyaient initialement une hausse de 9 % en valeur pour 2015, les chefs d’entreprises les ont finalement diminué de 7 %, soit un écart de 16 points entre le déclaratif et les dépenses réalisées… L’association s’inquiète d’un décrochage des investissements de l’ordre de 20 % depuis 2008.

Première industrie

L’agroalimentaire reste néanmoins la première industrie de France avec un chiffre d’affaires resté stable en 2015 à 170 milliards d’euros. Le secteur, qui emploie 440 926 salariés, n’a par contre enregistré que 4 332 créations de postes nettes.

L’agroalimentaire français (183 milliards d’euros en incluant l’artisanat commercial) occupe la deuxième place derrière l’Allemagne (193 milliards) et devant l’Italie (128 milliards). Avec un solde de 8,1 milliard d’excédent commercial, nous sommes le quatrième exportateur mondial derrière les Etats-Unis, l’Allemagne et les Pays-Bas. "Nous pouvons revenir sur le podium", veut croire Jean-Phillipe Girard, qui constate que les deux tiers des exportations sont réalisées par 2 % des entreprises. Conséquence du président de l’Ania : il faut davantage inciter les PME à exporter, dans un premier temps chez nos voisins européens, qui représentent toujours les deux tiers de nos exportations.

Patrick Déniel

2 Commentaires

Les marges de la filière agroalimentaire n'ont jamais été aussi faibles

Yoza
29/03/2016 16h:06

Pas un mot ni sur les insecticides ni sur l'agriculture biologique ?
C'est pourtant énorme.
Non cette association semble considérer l'agriculture comme une donnée purement économique avec investissements rendements exportations.
Ne vous étonnez pas que de plus en plus de personnes se détourne de ce modèle archaïque, et s'intéressent de plus en plus aux circuits courts et aux aliments sans produits chimiques.

Réagir à ce commentaire
Guillaume Fauconnier
29/03/2016 16h:20

Face à la guerre des prix, la compétitivité des industries est primordiale. Certes le coût de l'énergie est relativement faible aujourd'hui mais il ne reflète pas la tendance sur le long terme. L'industriel qui aura su maîtriser sa facture énergétique, par l'efficacité et la valorisation, aura une longueur d'avance.
Guillaume FAUCONNIER, pour Okavango-energy

Réagir à ce commentaire

Sujets associés

NEWSLETTER Agroalimentaire

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS