Les marchés privilégient la thèse d'un "soft Brexit", selon Newton

PARIS (Reuters) - Le rejet massif de l'accord sur le Brexit par la Chambre des Communes renforce paradoxalement sur les marchés le sentiment qu'un Brexit sans accord pourra être évité, fait valoir Paul Markham, gérant actions monde chez Newton (BNY Mellon Investment Management).
Partager
Les marchés privilégient la thèse d'un
Le rejet massif de l'accord sur le Brexit par la Chambre des Communes renforce paradoxalement sur les marchés le sentiment qu'un Brexit sans accord pourra être évité, fait valoir Paul Markham, gérant actions monde chez Newton (BNY Mellon Investment Management). /Photo d'archives/REUTERS/Toby Melville

1/ La réaction des marchés au vote du Parlement paraît plutôt modérée. Le résultat du vote était-il déjà intégré dans les cours ?

Paul Markham : "Oui et non. On a vu le sterling, qui est le principal baromètre, plutôt faible dans la journée d'hier avant de se redresser après le vote.

"Premièrement, il y a le sentiment que la probabilité d'un 'soft Brexit' en sort renforcée. Les commentaires de Theresa May disant dans son discours de réaction au vote qu'elle voulait consulter davantage le Parlement à travers l'échiquier politique ont été reçus positivement parce que jusqu'à présent, elle n'apparaissait par vraiment ouverte à la discussion avec le Parlement.

"Le résultat de tout cela est que la probabilité d'un 'hard Brexit' se renforce un peu mais que la probabilité d'un 'soft Brexit' se renforce davantage."

2 / Que va-t-il se passer maintenant ?

Paul Markham: "Je pense que le vote de confiance présente de faibles risques. Notre sentiment est qu'il y aura probablement une version remaniée de l'accord existant, ce qui renforce l'hypothèse d'une prolongation du délai prévu par l'article 50, parce que sinon, il n'y aurait pas assez de temps pour parvenir en dix semaines à une solution alternative. Et le fait que jusqu'à 40% des députés travaillistes devraient aujourd'hui demander formellement un nouveau vote renforcera probablement le sentiment chez les cambistes d'une histoire positive autour de la livre sterling, ce qui pourrait profiter également au marché actions."

"Il devrait y avoir une nouvelle version de l'accord lundi. Theresa May en a pris l'engagement. Ce qui se passera ensuite est moins clair."

3 / Comment les marchés risquent-ils d'évoluer ?

Paul Markham: "Il y a plusieurs aspects en ce qui concerne le marché actions britannique. L'un de ces aspects est que les valorisations sont à des creux de plusieurs décennies. Une issue du Brexit favorable aux marchés pourrait avoir un effet positif sur les indices boursiers britanniques, en particulier sur le FTSE 250.

"Mais les perspectives de l'économie mondiale se sont dégradées ces derniers mois. Les derniers indices PMI américains, en particulier, montrent que les indicateurs économiques commencent à fléchir. L'idée qu'une livre faible et que des exportations vigoureuses au Royaume-Uni pourraient profiter du contexte pourrait se dissiper. Les perspectives d'ensemble sur les marchés britanniques restent dominées par le Brexit mais l'hypothèse d'un effet bénéfique lié au sterling pourrait être menacée par la détérioration de l'économie mondiale."

(Propos recueillis par Patrick Vignal, édité par Marc Angrand)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

Dans le Podcast Inspiration, Cyril Bosviel, chef à l'institut Paul Bocuse à Lyon, répond aux questions de Christophe Bys. Il revient sur ses débuts, son parcours de chef cuisinier mais...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 10/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS