Les majors français du BTP en pleine forme

A l'occasion de la présentation de leurs résultats semestriels, les majors français du BTP ont montré une certaine vitalité. Ils pourraient toutefois souffrir dans les prochains mois d'un ralentissement voire d'une stagnation du marché.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les majors français du BTP en pleine forme

En publiant leurs résultats le même jour, Bouygues et Vinci ont pu se livrer à un comparatif de leurs performances. En termes de carnets de commandes, c'est Vinci qui coiffe au poteau le pôle construction de Bouygues. Le premier peut s'enorgueillir d'un carnet de commandes record de 30 milliards d'euros, pour seulement 15,5 milliards d'euros pour le groupe de Martin Bouygues.

Il faut dire que Vinci a raflé un nombre impressionnants de contrats ces derniers mois dans l'Hexagone. La ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique (LGV SEA) pour 4,2 milliards d'euros, mais aussi les stade de Bordeaux, Nice et de l'Olympique Lyonnais qui seront construits pour l'Euro 2016. Bouygues passe ainsi totalement à côté de cet événement sportif. Mais ce dernier a tout de même obtenu le futur ministère de la Défense à Paris, ce pentagone à la française dont le contrat de partenariat public-privé s'élève à 3,5 milliards d'euros.

Au final, le chiffre d'affaires semestriel de l'activité construction (hors concession) chez Vinci s'élève à 14,8 milliards d'euros (en progression de 20%), contre 11,1 milliards d'euros pour celle (hors télécoms et TF1) de Bouygues (+ 4%). A l'image des secteurs du bâtiment et des travaux publics, les indicateurs étaient clairement dans le vert pour ce premier semestre.

Pour l'avenir, les deux géants entrevoient des stratégies bien différentes. Xavier Huillard, pdg de Vinci, mise en grande partie sur la croissance externe pour développer son groupe. "Nous procédons à de "petites" acquisitions pour 400 millions d'euros par an, en plus de certaines opérations significatives."

Beaucoup d'espoir en Inde

Du côté de Bouygues, la stratégie est toute autre. Le jour des résultats, le groupe, qui privilégie la croissance organique, a annoncé une offre publique de rachats d'actions (OPRA) sur 11,7% de son capital. De quoi doper un cours de bourse chahuté, comme tant d'autres, durant l'été.

A l'international, "le Moyen-Orient est une zone majeur pour Vinci", selon Xavier Huillard. Le groupe a d'ailleurs récemment obtenu un contrat de 374 millions d'euros pour la conception-construction du métro de la ville de Lusai au Qatar. Pour Bouygues, c'est l'Asie du sud-est qui est regardé avec une attention particulière (Hong-Kong, Singapour, Thaïlande et Vietnam). Les deux majors n'ont en revanche pas l'ambition de s'attaquer à un marché chinois très fermé, mais portent beaucoup d'espoir en Inde au regard de ses importants besoin en infrastructures de toutes sortes.

Pour Eiffage aussi, le semestre a été bon. Son carnet de commandes est en progression de 5 % sur un an et représente 11,7 mois d'activité. Un montant qui n'intègre pas le contrat de la LGV Bretagne - Pays de la Loire obtenu en juillet. Le chiffre d'affaires de la branche construction du groupe progresse ainsi de 5,3 %, dont 3,6 % pour la France.

Malgré ces bons résultats, les majors ont conscience que la fébrilité actuelle des marchés financiers pourrait casser cette dynamique du secteur de la construction, très sensible à la confiance des investisseurs. "Le problème pour le secteur du bâtiment, c'est le lien entre la crise financière et la perte de confiance des investisseurs, estime Didier Ridoret, président de la Fédération française du bâtiment. Lorsqu'un investisseur se trouve dans un environnement aussi compliqué, il ne fait rien. Tout se fige ! Et c'est ce qui nous inquiète."

La dégradation du marché des logements neufs en France, qui a baissé de 23% au deuxième trimestre par rapport à la même période de l'an dernier, et le manque de visibilité des mesures prises par le gouvernement (montant incertain de la TVA, rabot sur la loi Scellier…) ne sont pas là pour rassurer les constructeurs…

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS