Les livraisons des 787 Dreamliner de Boeing probablement suspendues jusqu'à fin octobre

Selon les informations du Wall Street Journal, Boeing ne parviendra sans doute pas à obtenir l'autorisation de reprendre les livraisons de ses 787 Dreamliner, déjà suspendues depuis le mois de mai, avant la fin du mois d'octobre. L'administration fédérale de l'aviation américaine aurait rejeté une récente proposition de l'avionneur au sujet de leur inspection.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les livraisons des 787 Dreamliner de Boeing probablement suspendues jusqu'à fin octobre
Les nombreux dysfonctionnements des appareils de Boeing pourraient en partie être liés à des dérives managériales. /Photo d'archives/REUTERS/Randall Hill

Nouveau revers pour Boeing. Le groupe américain, qui a récemment reporté sine die le lancement de la capsule spatiale Starliner en raison de problèmes détectés sur le système de propulsion, ne pourra probablement pas se consoler en voyant repartir les livraisons de ses 787 Dreamliner. Comme le rapporte le Wall Street Journal, la suspension de celles-ci pourrait bien être prolongée jusqu'à la fin du mois d'octobre.

Le problème remonte à l'été 2020, lorsque l'avionneur avait décelé un problème de fabrication sur le raccord d'une portion du fuselage, et un autre au niveau du stabilisateur horizontal. Les livraisons avaient ainsi été interrompues entre septembre et mars, puis de nouveau en mai, le temps que l'administration fédérale de l'aviation américaine (FAA) s'empare du sujet. Un autre défaut majeur avait été identifié en juillet, cette fois sur une cloison de pressurisation. L'entreprise avait alors annoncé réduire les cadences de production des 787, et que sûrement moins de la moitié des 100 appareils en stock seraient livrés avant la fin de l'année.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Une tension permanente

Des désaccords sur la façon de vérifier les avions déjà fabriqués auraient émergé début août, lors d'une réunion entre des représentants de la FAA et de Boeing. L'administration n'a pas confirmé la date avancée par le Wall Street Journal, mais a assuré qu'elle ne validerait pas les inspections tant que ses experts en sécurité ne seraient pas satisfaits. Le constructeur s'est de son côté engagé à fournir toutes les informations jugées nécessaires pour une reprise des livraisons.

Boeing fait l'objet d'une surveillance accrue depuis les deux accidents de 737 MAX en 2018 et 2019, qui avaient causé la mort de 346 personnes. Mise à part la Chine, tous les pays du monde ont levé l'interdiction de vol pour cet appareil, mais celui-ci souffre de la compétition avec l'Airbus A321. De multiples déboires qui ont un impact direct sur les résultats financiers du groupe, et qui engendreraient également, selon la FAA, des dérives managériales graves.

Avec Reuters (Aishwarya Nair à Bangalore ; version française Jean-Stéphane Brosse)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS