Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Les laboratoires pharmaceutiques entament un bras de fer contre Trump

Coralie Lemke , , ,

Publié le

Le président des Etats-Unis compte faire baisser les prix des médicaments et les rendre plus accessibles aux Américains. De leur côté, les laboratoires pharmaceutiques y sont opposés et ont décidé de réagir. 

Les laboratoires pharmaceutiques entament un bras de fer contre Trump
Donald Trump veut baisser les prix des médicaments aux Etats-Unis.
© Joshua Roberts

"Vous allez voir les prix des médicaments baisser très prochainement. Et ça va être beau", annonçait Donald Trump dans le New Hampshire en mars. Mauvaise nouvelle pour lui : les laboratoires pharmaceutiques ne l’entendent pas de cette oreille. Le président américain avait déjà promis de faire baisser le cout des traitements dans son discours sur l’état de l’Union en janvier. Une raison suffisante pour que l’industrie pharma emploie les grands moyens. L’un des lobbys les plus importants en la matière, la Pharmaceutical Research and Manufacturers of America, a largement augmenté ses dépenses durant le premier trimestre de l’année, juste après que Trump ne dévoile ses plans dans le secteur de la santé, comme le révèle le New York Times.

Les lobbys au premier plan

Le montant passe de 8 millions de dollars sur les trois premiers mois de 2017 à 10 millions au premier trimestre 2018, ce qui devrait faire exploser le total annuel. Sans compter l’argent dépensé par les laboratoires eux-mêmes pour promouvoir leurs intérêts. Sur le podium des plus dépensiers en actions de lobbying, on retrouve Amgen (10,6 millions de dollars), puis Pfizer (10,5 millions) et enfin Novartis (8,6 millions.) Derrière ces montants se trouvent également des hommes. 882 lobbyistes en tout, selon le journal new-yorkais, dont les deux tiers avaient auparavant travaillé pour le Congrès ou des agences fédérales.

"Je travaille sur un nouveau système qui instaurerait la concurrence dans l'industrie pharmaceutique. Le prix baissera nettement pour les Américains !", expliquait-il sur Twitter en mars. Pendant la campagne présidentielle, le candidat Trump avait déjà multiplié les sorties sur le tarif des traitements, en affirmant que les prix des molécules pourraient être négociés avec les responsables de Medicare, ou que les patients pourraient être autorisés à se fournir au Canada, où les prix sont généralement plus bas qu’aux Etats-Unis

Trump soutenu par l'opinion publique

Les lobbyistes des grands labos misent toutefois sur la partialité des responsables en charge de la santé aux Etats-Unis pour ne pas soutenir Trump, au vu de leur carrière dans le milieu pharmaceutique. Le secrétaire d’Etat à la santé, Alex Azar, travaillait avant pour le laboratoire Lilly. Et Scott Gottlieb, le commissaire de la Food and drug administration (FDA), l’instance en charge de la sécurité des médicaments, a longtemps été consultant pour les entreprises du médicament.

Donald Trump peut toutefois se targuer d’avoir l’opinion publique de son côté. 80% des Américains estiment que les prix des médicaments atteignent des prix trop élevés sans raison valable selon une étude récente de la Kaiser Family Foundation.

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle