Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Les Laboratoires Fournier vont quitter Dijon

,

Publié le

Il ne restera bientôt plus rien des Laboratoires pharmaceutiques Fournier, l’un des grands fleurons de l’industrie dijonnaise fondé en 1880 et propriété depuis 2010 de l’américain Abbott (35 milliards de dollars de chiffre d’affaires).

Les Laboratoires Fournier vont quitter Dijon

Première étape, un plan social touche 46 postes sur les 70 du siège, dont 24 suppressions pures et simples, 20 transferts principalement à Bâle, en Suisse, et 2 affectés à un sous-traitant.

"Il s’agit d’un nouveau pas vers le dépeçage final de notre société", constate lucide Jacques Amiot, membre du CE et délégué CFDT, qui, avec ses autres collègues syndicalistes, ne cesse d’alerter les pouvoirs publics sur une situation qu’il juge plus qu’alarmante.
"L’avenir de la marque Fournier n’est pas sur Dijon car notre centre de décision se situe à Bâle, c’est pourquoi depuis le rachat nous avons toujours annoncé notre volonté d’intégrer toutes les fonctions de l’entreprise à notre propre organisation", explique une représentante de la direction d’Abbott.

La sous-traitance locale ne serait pas affectée

Seconde étape : Abbott poursuit ses investigations, lancées depuis 2010, pour céder le centre de recherche de Daix, près de Dijon, où travaillent 230 personnes et qui en fait travailler 30 autres au siège dijonnais. De sources non confirmées, sur 20 repreneurs approchés, un seul resterait actuellement en lice.

"Rien économiquement ne le justifie, c’est pourquoi nous avons lancé un droit d’alerte, sans obtenir pour l’instant la moindre justification plausible", argumente Jacques Amiot.

"Nous voulons trouver une solution pérenne pour ce site très performant, qui n’entre pas dans notre stratégie de R&D, en mettant tous les moyens nécessaires", indique la direction d’Abbott.

Cette dernière tient à préciser par ailleurs que les contrats locaux de sous-traitance en cours auprès des sociétés Synkem (poudres) et Recipharm (comprimés) ne seraient pas affectés par ce plan global de restructuration.

Fournier commercialise deux médicaments phares : le lipanthyl et le tadenan.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle