Tout le dossier Tout le dossier

Les jours de Martin Winterkorn à la tête de VW semblent comptés

Alors que l'action Volkswagen s'est effondrée de près de 35% en deux jours, Martin Winterkorn, patron de l'entreprise,  pourrait faire les frais du scandale que traverse Volkswagen. 

Partager
Les jours de Martin Winterkorn à la tête de VW semblent comptés

Les jours de Martin Winterkorn à la tête de Volkswagen semblaient comptés mardi, le constructeur automobile ayant déclaré qu'un scandale relatif à des tests anti-pollution truqués aux Etats-Unis risquait de concerner 11 millions de véhicules dans le monde entier.

Le Taggespiegel, citant des sources du conseil de surveillance de VW, écrit que ce dernier décidera vendredi de remplacer son président du directoire par Matthias Müller, le patron de la filiale Porsche.

Un porte-parole de Volkswagen a démenti. Winterkorn pour sa part n'a fait aucune mention de son avenir dans un message vidéo publié sur le site du groupe, se contentant à nouveau de présenter ses excuses.

En tout état de cause l'un de ses alliés lui a retiré son soutien en public. "Je ne veux préjuger ni des débats à venir, qui seront intenses, ni m'exprimer sur des points précis ou toute conséquence éventuelle", a dit Stephan Weil, ministre-président du Land de Basse-Saxe, à la presse lorsqu'on l'a interrogé sur l'avenir de Winterkorn.

Weil, qui siège au conseil de surveillance en tant que représentant du Land, deuxième actionnaire du constructeur, avait aidé cette année Winterkorn à résister à une offensive du président Ferdinand Piëch et avait approuvé ce mois-ci la prorogation de son mandat.

UNE GESTION CRITIQUÉE

L'action Volkswagen s'est encore effondrée de près de 20% mardi, touchant un plus bas de quatre ans, après avoir perdu 18,6% la veille. En deux jours, le plongeon est de près de 35%. Les doutes sur les pratiques de Volkswagen ont contaminé tout le secteur automobile, qui a encore accusé la plus forte baisse sectorielle (-7,57%) de la journée en Europe.

Accusé par les autorités américaines d'avoir équipé plusieurs centaines de milliers de voitures vendues aux Etats-Unis d'un dispositif permettant de truquer les tests d'émissions polluantes, Volkswagen a expliqué que le dispositif mis en cause, provoquant "une divergence marquée entre les tests en atelier et l'usage réel sur route", ne concernait qu'un seul type de moteurs diesel (EA 189) mais installé sur 11 millions de véhicules dans le monde.

Les autorités américaines en général et californiennes avaient déjà prévenu VW en 2014 que des tests avaient révélé des taux de CO2 supérieurs aux limites légales. Le constructeur avait alors évoqué "divers problèmes techniques" et des conditions réelles "inattendues".

Il aura fallu que l'Agence de protection de l'environnement américaine (EPA) et que le California Air Resources Board menacent de retirer l'homologation de ses modèles diesel de 2016 pour que Volkswagen admette début septembre des manquements.

"Soit Winterkorn était au courant des procédures aux USA soit on ne lui en a rien dit", dit Arndt Ellinghorst, analyste d'ISI. "Dans le premier cas, il doit démissionner sur le champ. Dans le second cas, il faut savoir pourquoi un infraction aussi énorme n'a pas été signalée au plus haut niveau et là aussi ce ne sera pas facile à vivre".

Winterkorn a fait de Volkswagen un géant mondial depuis son arrivée à sa tête en 2007 mais on lui a par ailleurs reproché une gestion de type centralisée, inapte à améliorer une performance insatisfaisante en Amérique du Nord.

PROVISION DE 6,5 MILLIARDS d'euros

Le groupe automobile a dit qu'il constituerait une provision de 6,5 milliards d'euros dans ses comptes du troisième trimestre pour couvrir les retombées du plus gros scandale de son histoire, réduisant à néant les projections des analystes, et ajouté que ce montant pourrait augmenter. Porsche a dit que ses propres comptes seraient affectés par cette charge.

Volkswagen, qui a vendu 10,1 millions de véhicules en 2014, encourt des amendes d'un montant maximal de 18 milliards de dollars (16 milliards d'euros) dans le seul volet américain de ce scandale, qui a déjà débouché sur une plainte en nom collectif ("class action") et donné lieu, selon plusieurs médias, à l'ouverture d'une enquête au pénal.

L'affaire Volkswagen a créé une onde de choc en Allemagne, au point que la chancelière Angela Merkel elle-même a réclamé une "transparence totale" de la part d'une entreprise longtemps considérée comme le fer de lance de l'excellence technologique du pays.

Pour l'heure, la presse ne distingue qu'un seul coupable: Winterkorn, dont le mandat devait être prorogé vendredi par le conseil de surveillance. On risque maintenant au contraire de lui demander des comptes.

ENQUÊTE APPROFONDIE EN FRANCE

Le volet juridique du dossier s'internationalise rapidement: après l'Allemagne lundi, la Corée du Sud a annoncé mardi l'ouverture d'une enquête sur trois modèles de Volkswagen.

En France, le ministère de l'Ecologie a annoncé mardi l'ouverture d'une "enquête approfondie" sur cette affaire.

L'Australie a dit attendre des explications de VW et les autorités suisses et italiennes ont annoncé des enquêtes. En Italie encore, le ministre de l'Environnement Gian Luca Galletti a exigé que VW prouve que les véhicules vendus localement ne sont pas pourvus des matériels incriminés.

Le ministre français des Finances Michel Sapin s'est quant à lui prononcé pour une enquête européenne sur les pratiques de Volkswagen. "Il faut le faire au niveau européen. Nous sommes sur un marché européen avec des règles européennes, c'est celles-ci qui doivent être respectées, c'est celles-ci qui ont été violées aux Etats-Unis", a-t-il dit sur Europe 1.

La Commission européenne a pour l'instant simplement évoqué des "contacts" avec Volkswagen, tout en disant vouloir aller "au fond des choses" pour assurer que tout le secteur automobile respecte les plafonds d'émissions polluantes en vigueur.

Parmi les concurrents de Volkswagen, un porte-parole de PSA Peugeot Citroën a assuré mardi que le groupe français "respecte les procédures d'homologation en vigueur dans tous les pays où il opère". Daimler et BMW, qui pourraient aussi être visés, ont affirmé que les accusations contre VW ne les concernaient pas.

Chez les équipementiers, Robert Bosch a reconnu fournir à Volkswagen des composants de moteurs diesel, tout en expliquant que leur utilisation relevait de la responsabilité de ses clients. Le français Plastic Omnium a quant à lui précisé que ses systèmes n'étaient pas impliqués.

Avec la contribution des bureaux européens et asiatiques, Marc Angrand et Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Joanny

PARCOURIR LE DOSSIER

Auto

Volkswagen aurait conçu plusieurs versions du logiciel de trucage

Auto

Le rappel des moteurs diesel Volkswagen fait-il sens ?

Auto

Le gouvernement allemand durcit le ton face à Volkswagen

Auto

Volkswagen va réduire ses investissements et accélérer dans l'hybride et l'électrique

Auto

Après le scandale, Volkswagen annonce ses premières mesures

Auto

Affaire Volkswagen : Pourquoi les tests français pourraient devenir une usine à gaz

Auto

L'avenir de Volkswagen est menacé, estime son nouveau président

Auto

Volkswagen estime à 8 millions le nombre de ses véhicules diesel trafiqués en Europe

Auto

Après le scandale Volkswagen, premiers tests en France pour détecter les fraudes antipollution

Auto

Les équipementiers ne sont pas responsables de la triche de Volkswagen

Auto

L’impossible équation qui a conduit Volkswagen à la fraude

Auto

Infographie : ce que l'on sait du scandale Volkswagen

Auto

Scandale Volkswagen : 2,1 millions de véhicules Audi concernés

Auto

La route semée d'obstacles du nouveau patron de Volkswagen

Automobile

Diesel Gate : l'Inria réagit au logiciel espion de Volkswagen

Auto

Matthias Müller est le nouveau patron de Volkswagen

Auto

Affaire Volkswagen : la suspicion touche les autres constructeurs

Environnement

Affaire Volkswagen : les tests aléatoires sur 100 voitures démarreront la semaine prochaine

Dépêches Reuters

Volkswagen aurait aussi manipulé les tests d'émissions en Europe

Auto

Le patron de Volkswagen, Martin Winterkorn, démissionne

Logiciels & Applications

L’affaire Volkswagen relance le débat sur l’open source dans l’automobile

Auto

Pourquoi l’affaire Volkswagen pourrait changer la donne dans l’industrie automobile

Auto

"Le scandale Volkswagen n’est que la partie émergée de l’iceberg"

Auto

Pourquoi le scandale qui touche Volkswagen est le pire cauchemar de Martin Winterkorn

La semaine de l'automobile

Volkswagen s'apprêterait à limoger son patron, selon la presse allemande

Auto

Les dessous technos de la triche de Volkswagen

Auto

Peter Mock et John German, les deux lanceurs d'alerte à l'origine du scandale Volkswagen

Auto

11 millions de véhicules concernés par la fraude de Volkswagen

Auto

Affaire Volkswagen : des réactions mesurées de la part des professionnels de l'automobile

Editorial

VW, der Betrüger (le fraudeur)

Auto

Après la tricherie de Volkswagen, Michel Sapin demande une enquête approfondie en Europe

Auto

Affaire Volkswagen : les cycles d'homologation en trois points

Auto

Daimler et BMW "non concernés" par l'affaire Volkswagen aux Etats-Unis

Auto

Volkswagen accusé d'avoir contourné les règles antipollution aux Etats-Unis

Auto

Une ONG européenne dénonce l'écran de fumée des constructeurs auto sur le diesel

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER Auto et Mobilités

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

CHEF DE PROJET IT F/H

Safran - 22/11/2022 - CDI - Vélizy-Villacoublay

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

75 - EDF SA

Recherche d'un SI de gestion des plans, des surfaces et des occupants pour le parc immobilier du Groupe EDF, géré par la Direction de l'immobilier.

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS