Les jeunes pousses conquises, Geoffroy Roux de Bézieux veut rassurer les grandes entreprises

Le premier cercle de soutiens du candidat à la présidence du Medef Geoffroy Roux de Bézieux est majoritairement constitué de nouveaux entrepreneurs. Il lui faut aussi conquérir les représentants d’entreprises plus grandes et plus installées qui souhaitent manœuvrer la société française avec doigté. Ses récentes déclarations sur le dialogue social visent à leur donner des gages.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les jeunes pousses conquises, Geoffroy Roux de Bézieux veut rassurer les grandes entreprises

"Je n’ai qu’un message : Go Geoffroy go !" déclarait cette semaine à L’Usine Nouvelle André Choulika, dynamique président de France Biotech et de l’entreprise Cellectis (ingéniérie du génome). Il fait partie de cette génération de patrons, souvent créateurs de leur entreprise, mais pas toujours, qui soutiennent à fond la candidature au Medef du fondateur de Virgin Mobil France. Parmi eux, ceux qui sont passés par l’association Croissance plus (qu’il a fondée) et une grande partie des entrepreneurs qui ont réussi dans l’économie numérique comme Pierre Kosciusko-Morizet, fondateur de Price Minister ou Henri Seydoux, fondateur de Parrot.

C’est son premier cercle naturel de soutiens. Pourquoi ? Parce que Croissance plus visait justement à porter la voix des nouveaux entrepreneurs. C’est visiblement ce qui séduit un André Choulika qui déclare : "Geoffroy Roux de Bézieux a créé des entreprises et pas mal travaillé à l’export. Il ne fait pas partie du Gotha des grandes entreprises : cela change de ce que l’on pouvait voir au Medef. Actuellement, le problème de la France - auquel le Medef doit s’intéresser - est la croissance des petites entreprise pour en faire des grandes. Dans les grandes entreprises, seules Dassault Systèmes et Iliad n’existaient pas il y a 30 ans !".

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Dans le même style, il a aussi convaincu un Guy Mamou-Mani président du Syntec Numérique et co-président du groupe Open. Ce dernier s’avance avant même que sa fédération, le Syntec, ait fait connaître le choix de son syndicat "Geoffroy Roux de Bézieux est complètement en phase avec mes convictions les plus profondes : un Medef qui dépasse les anciens clivages : entre industrie et services, entre ancienne et nouvelle économie, entre PME et grands groupes." Tous ces patrons apprécient le ton direct de Roux de Bézieux et son envie de porter un renouvellement du tissu économique français.

Un autre type d'électeurs

Mais il faut séduire aussi un autre type d’électeurs pour conquérir le Medef. Ceux des grandes entreprises, installés sur des positions plus acquises, qui veulent faire respirer le patronat sans renverser la table et qui doivent gérer un corps social plus sensible et plus organisé dans leurs entreprises. A tous ceux-là, Geoffroy Roux de Bézieux ne promet pas un Medef de "combat" (sous-entendu qui serait stérile) mais de "résultat" comme il l’a rappelé dans Les Echos du 24 avril 2013.

Face à un Patrick Bernasconi qui a déjà fait ses preuves dans plusieurs négociations interprofessionnelles, il prône maintenant le dialogue social comme une des conditions de la réforme. Ne masquant pas ce qui le sépare de certains partenaires sociaux, il déclare toujours dans les Echos "La voie que je me fixe est la plus escarpée. Mais c’est la seule possible" Elle est escarpé et étroite, en effet, cette voie. Et sonne comme une métaphore du chemin médian qu’il tente de tracer entre Pierre Gattaz et Patrick Bernasconi, ses deux concurrents majeurs. Geoffroy Roux de Bézieux était déjà une voix, il aspire désormais à être une voie.

Anne-Sophie Bellaiche avec Emmanuelle Delsol et Gaëlle Fleitour

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS