L'Usine Aéro

Les jeunes ingénieurs rêvent de tech, mais n'abandonnent ni l'aéro ni l'auto

Christophe Bys , , , ,

Publié le

Universum livre son classement annuel des entreprises préférées des étudiants en école d'ingénieurs. Les entreprises de la tech gardent leur pouvoir d'attraction, mais on sent un retour en grâce de l'automobile. Les jeunes ingénieurs ont envie de s'inscrire dans la durée dans une entreprise qui leur offre de bonnes conditions de travail. Mais d'un pays à l'autre, des différences très sensibles existent. 

Les jeunes ingénieurs rêvent de tech, mais n'abandonnent ni l'aéro ni l'auto
Avec qui les futurs ingénieurs vont-ils signer leur premier contrat de travail?
© Fotolia

Heureusement qu'il existe BMW pour figurer dans le top 5 des entreprises préférées des étudiants en écoles d'ingénieurs, tel qu'il est mesuré par le cabinet Universum dans son édition 2018. En effet, mise à part la quatrième place occupée par le constructeur automobile allemand, les premières places du classement sont trustées par les géants du numérique, soit, dans l'ordre Google, Microsoft, Apple et Intel

 

L'Oréal, seule entreprise française du TOP 50 

De là à en conclure que les entreprises tech sont devenues les préférées des étudiants, il y a un pas. Car quand on leur demande leurs secteurs favoris, ils classent bien la conception de logiciels et les services informatiques en premier (25%), mais suivie par l'aéronautique (21%) et l'automobile (17%), sachant qu'ils pouvaient citer jusqu'à trois secteurs. Ce qui se traduit par la place occupée par Siemens (8e), The Ford Motor Company  (12e), Daimler Mercedes Benz (16e) GM (18e) ou Volkswagen (20e). Toyota arrive à la 24e place.

Les constructeurs français devront s'en remettre : ils ne figurent pas dans les cinquante premières places de ce classement. L'Oréal sauve l'honneur, en se plaçant 19e, en recul de 4 places par rapport à l'année dernière. Nissan, l'allié de Renault, émerge bien à la 36e place, progressant de 4 places, mais qui dirait que Nissan est une entreprise française.  A noter : les résultats obtenus par les groupes français auprès des étudiants issus d'écoles de commerce ne sont guère meilleurs, puisque L'Oréal (12e) est alors rejoint par LVMH (30e).

 

Le respect des salariés, central en Allemagne

L'étude s'intéresse aussi aux critères de choix des jeunes ingénieurs. Sur les critères à long terme dans leur carrière, les futurs ingénieurs citent en premier l'équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée, citée par 51 % des répondants. Derrière figure la recherche d'un emploi stable (43%) puis en troisième position l'envie d'être dans un défi intellectuel ou compétitif (29%). Aux dernières places, on trouve l'envie d'une carrière internationale et le souhait d'être autonome ou indépendant (respectivement 26 et 21 %). 

L'étude s'intéresse aussi aux priorités par pays des étudiants en école d'ingénieur. Parmi les résultats notables : on voit que le respect des salariés arrive en tête en Allemagne, en Corée du Sud et au Japon. En Chine ou au Brésil, c'est l'envie d'avoir une bonne référence pour la suite de la carrière qui est en tête. Aux Etats-Unis, c'est l'envie de travailler dans un environnement créatif et dynamique, quand les jeunes Russes plébiscitent le développement et la formation professionnelle. 

 

------------------------------

(1) Etude réalisée entre septembre 2017 et avril 2018 auprès de plus de 218 000 étudiants dans 12 pays représentant 70 % de l'économie mondiale (France, Allemagne, Royaume-Uni, Italie, Russie, Japon, Corée du Sud, Chine, Brésil, Etats-Unis, Canada...).

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte