International

Les investisseurs craignent l'impact du coronavirus chinois

, , ,

Publié le , mis à jour le 21/01/2020 À 15H05

Dix-sept ans après le SRAS de 2003, qui avait fait près de 800 morts, les principales Bourses européennes évoluent dans le rouge mardi 21 janvier, les dernières informations en date sur l'épidémie liée à un nouveau coronavirus en Chine détournant les investisseurs des actifs à risques. Les cours des géants français du luxe dévissent.

Les investisseurs craignent l'impact du coronavirus chinois
Les principales Bourses européennes évoluaient dans le rouge mardi 21 janvier matin.
© Michalis Karagiannis

Sommaire du dossier

À Paris, le CAC 40 perd 1,02% à 6.016,55 points vers 08h55 GMT après être brièvement tombé sous le seuil de 6.000. A Londres, le FTSE 100 cède 1% et à Francfort, le Dax recule de 0,52%. L'indice EuroStoxx 50 est en baisse de 0,77%, le FTSEurofirst 300 de 0,79% et le Stoxx 600 de 0,74%.

Les principales Bourses européennes évoluent dans le rouge mardi 21 janvier, s'inquiétant de l'épidémie liée à un nouveau coronavirus en Chine.

Quatre personnes sont décédées à Wuhan, ville du centre de la Chine, des suites d'une pneumonie provoquée par un coronavirus d'un type jusque-là inconnu, ont annoncé les autorités sanitaires locales. Près de 300 personnes ont été contaminées par ce virus, décelé à Wuhan dans un premier temps avant de se propager à d'autres régions, y compris au-delà des frontières chinoises.

17 ans après le SRAS

Il semble pouvoir se transmettre entre humains et appartient à la même famille que le Sras (syndrome respiratoire aigu sévère) à l'origine d'une épidémie mortelle en 2002-2003, qui avait fait près de 800 morts. Une réunion d'urgence se tiendra mercredi 22 janvier au siège de l'Organisation mondiale de la santé. D'autant que plusieurs centaines de millions de Chinois s'apprêtent à voyager à l'occasion du nouvel an lunaire.

"Cette épidémie peut provoquer un impact majeur sur la demande, particulièrement en ce qui concerne les services, comme le voyage", a déclaré Stephen Innes, chargé de stratégie marchés chez AxiCorp.

"Elle a lieu dans un climat où l'économie mondiale est déjà ralentie par de la guerre commerciale, raison pour laquelle la réaction des investisseurs est peut-être exacerbée", a-t-il ajouté.

En outre, l'agence de notation Moody's a abaissé lundi la note souveraine de Hong Kong à AA3 contre AA2, critiquant la gestion par l'exécutif local du mouvement de contestation.

Les autorités australiennes ont annoncé qu'elles allaient durcir les contrôles pour les voyageurs en provenance de Wuhan.

"Même si on ne sait pas encore clairement si le virus constitue une urgence de santé publique à l'échelle internationale, le fait que des cas aient été recensés jusqu'en Thaïlande, au Japon et en Corée du Sud est un motif d'inquiétude", résume Bethel Loh, stratège macro de ThinkMarkets.

Le luxe français parmi les valeurs les plus exposées au marché chinois

Les valeurs du luxe, particulièrement dépendantes de la croissance en Chine et à Hong Kong, sont en net repli: Kering, LVMH et Hermès perdent entre 3,26% et 1,59%, accusant les plus fortes baisses du CAC 40.

Les compagnies aériennes font également les frais des inquiétudes sur la propagation du coronavirus, qui pourrait limiter les déplacements en Asie à quelques jours du Nouvel An chinois. Lufthansa recule de 2,44% et IAG, propriétaire de British Airways, de 3,7%. A Paris, Air France-KLM cède 2,9%.

Dans le secteur aérien, IAG, qui regroupe British Airways et Iberia, cède 2,01%, Lufthansa 2,38% et Air France-KLM 1,84%.

EasyJet se distingue avec une hausse de 4,35% après avoir évoqué une amélioration de ses résultats.

Le secteur bancaire est mal orienté (-1,17%) après les résultats trimestriels d'UBS, qui chute de 5,08%.

EN ASIE

La Bourse de Tokyo a terminé en baisse de 0,91%, l'inquiétude liée au coronavirus chinois amplifiant un mouvement de prises de bénéfice logique au lendemain d'un plus haut de 15 mois de l'indice Nikkei.

Le marché n'a pas réagi aux décisions sans surprise de la Banque du Japon, qui a laissé sa politique monétaire inchangée tout en relevant ses prévisions de croissance.

En Chine, le SSE Composite de Shanghai a cédé 1,41% et à Hong Kong, le Hang Seng a chuté de 2,81%, sa plus forte baisse en pourcentage sur une séance depuis le 5 août, pour finir au plus bas depuis le 24 décembre.

A WALL STREET

Les marchés américains sont restés fermés lundi pour le Martin Luther King Day. Les contrats à terme sur les principaux indices préfigurent pour l'instant une baisse d'environ 0,4% par rapport aux records inscrits vendredi.

TAUX

Les craintes liées au coronavirus chinois incitent une partie des investisseurs à se replier sur les emprunts d'Etat, avec pour conséquence une baisse des rendements: celui du Bund allemand à dix ans, référence pour la zone euro, revient à -0,226%, au plus bas depuis huit jours.

Son équivalent américain recule de près de quatre points de base à 1,797%.

CHANGES

Les risques liés au début d'épidémie en Chine agitent aussi le marché des devises: le yen, valeur refuge habituelle, s'apprécie face au dollar et à l'euro tandis que le yuan recule de plus de 0,6%.

L'"indice dollar", qui mesure les fluctuations de la monnaie américaine face à un panier de six devises de référence, est pratiquement inchangé.

L'euro, lui, est pratiquement inchangé face au billet vert, autour de 1,1090.

PÉTROLE

Les cours du pétrole repartent à la baisse, le marché anticipant une reprise rapide de la production de deux importants gisements libyens à l'arrêt depuis dimanche.

Le Brent abandonne 0,95% à 64,58 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 0,72% à 58,12 dollars.

 

avec Reuters (Marc Angrand)

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte