Les investisseurs européens attirés par les ETI

Selon une étude d’Actifin, Tradinfo et Enternext, les investisseurs institutionnels européens sont prêts à financer les entreprises de taille intermédiaire (ETI) cotées. Ni la faible liquidité des titres, ni les petites capitalisations ne semble les rebuter.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les investisseurs européens attirés par les ETI

Les grandes valorisations boursières ne sont pas les seules à faire rêver les investisseurs institutionnels. Selon une enquête réalisée par Actifin, une agence de communication financière, Tradinfo, une agence de marketing financier, et Enternext, la bourse des PME filiale d’Euronext, 42 % des investisseurs européens prévoient d’augmenter leur exposition aux PME et ETI cotées en 2014. Ils ne sont que 3,2 % à envisager une diminution de leurs investissements dans ce segment.

Cette enquête, menée auprès de 62 investisseurs institutionnels européens, arrive dans un contexte de désintermédiation de plus en plus forte du financement des entreprises. Notamment des valeurs moyennes, qui ne comptent plus uniquement sur le crédit bancaire pour financer leur activité. Le financement obligataire ou encore les placements privés de dette se multiplient depuis quelques mois. De même, le gouvernement a incité la Bourse de Paris à créer un département spécialement dédié à la cotation des PME et des ETI. Le lancement du PEA-PME, qui réserve une partie du PEA (plan d’épargne en actions) aux valeurs moyennes, devrait permettre de diriger une partie de l’épargne des Français vers ces entreprises.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

47 % des investisseurs ont 25 % d’ETI en portefeuille

Des entreprises souvent moins documentées que les grandes valorisations boursières à la communication financière bien rodée. Ce qui explique souvent la méfiance des investisseurs vis-à-vis des ETI. Pourtant, la volonté de diversifier leurs investissements semble l’emporter. Selon l’étude d’Actifin, Tradinfo et Enternext, près de la moitié de ces investisseurs (47 %) détiennent déjà au moins 25 % d’ETI dans leur portefeuille d’actions, et 55 % ont investi dans des ETI pour un horizon supérieur à trois ans.

Par ailleurs, les points souvent retenus à charge contre l’investissement dans les ETI ne semblent plus poser de problèmes. La faible liquidité de ces actions ne constitue pas un frein à l’investissement pour beaucoup des intervenants. Ainsi, 54,8 % affirment de pas avoir d’exigence minimum de capital flottant et 48,4 % disent ne pas regarder les volumes d’échange quotidiens. Enfin, plus d’un investisseur sur deux (52 %) se dit prêt à investir dans des entreprises à faible capitalisation (inférieure à 150 millions d’euros).

Arnaud Dumas

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS