Les infrastructures de transport et de stockage, angle mort de la stratégie hydrogène française

Des industriels français de l'hydrogène plaident pour la mise en place d’un réseau de transport et de stockage souterrain hydrogène paneuropéen en s'appuyant sur une étude qu’ils ont commanditée. Le sujet n'est pas encore intégré à la stratégie française.

Partager
Les infrastructures de transport et de stockage, angle mort de la stratégie hydrogène française
Porté par Storengy (filiale d'Engie) et situé dans l'Ain, le projet HyPSTER vise à stocker des quantités industrielles (jusqu'à 44 tonnes) d'hydrogène en cavité saline. L'unité d’électrolyse et des installations de stockage devrait être installées en 2022 pour une mise en service d'ici 2023.

« Plusieurs pays ont pris en compte le volet infrastructure dans leurs stratégies hydrogène, comme l’Allemagne, le Royaume-Uni, les Pays-Bas. Au contraire, cet enjeu reste encore dans l’ombre en France », pointe Anthony Mazzenga, directeur des gaz renouvelables chez GRT Gaz. Les parties prenantes du domaine en France entendent ainsi faire la lumière sur l’intérêt du déploiement d’infrastructures de transport et de stockage hydrogène à l’échelon européen.

Pour ce faire, une étude technico-économique sur la question a été commanditée par les gestionnaires des réseaux de transport en France GRT Gaz et Téréga, le géant de l’énergie Total Energie, le spécialiste du stockage de gaz naturel Storengy (filiale d’Engie), le pionnier du secteur hydrogène-énergie Hydrogène de France (HDF Energy) et la société Soladvent (qui tire le consortium industriel HyDeal Ambition ) organisé au sein du Comité Stratégique de Filière des Nouveaux Systèmes Énergétiques (CSF NSE). Sans surprise, les résultats du rapport, dévoilés mardi 9 novembre, confirment le lien entre compétitivité et mise en place d’hydrogénoducs.

« Les résultats sont basés sur un modèle d’optimisation du système énergétique français dans son ensemble (production-transport-stockage de l’électricité et production-transport-stockage de l’hydrogène, précise Romain Capaldi, directeur France de Guidehouse, la société qui a mené l’étude. Le périmètre géographique de modélisation a couvert la France et les pays transfrontaliers ou proches (Espagne, Italie, Suisse, Allemagne, Belgique, Pays-Bas et Royaume-Uni). »

Baisse du coût de l'hydrogène livré, hausse des investissements

Le rapport estime d’abord que le coût de l’hydrogène passerait de 3,2 euros/kg à 2,9 euros/kg d’ici à 2030 avec la mise en place d’infrastructures de transport et de stockage entre les bassins industriels en France (pour une demande estimée à 670 kilotonnes/an). Ce coût, payé par les clients raccordés au réseau de transport, inclut la production, le transport (hors distribution) et le stockage. À horizon 2040 toutefois, les hydrogénoducs et les cavités de stockage souterraines apporteraient seulement un gain de 0,1 euros/kg, en restant dans le périmètre français.

C'est la raison pour laquelle les industriels à l’initiative de l’étude plaident pour la mise en place d’infrastructures européennes. Le coût de l’hydrogène atteindrait en effet 1,9 euros/kg si les pays transfrontaliers étaient interconnectés entre eux d’ici 2040 (pour une demande de l’ordre de 1800 kilotonnes/an), soit un gain de 32 % par rapport au déploiement d’infrastructures uniquement nationales [voir figure ci-dessous].

infrastructure hydrogène guidehouse

Les investissements nécessaires pour déployer ces infrastructures hydrogènes et électriques – production, transport, stockage – en Europe sont massifs : 17,1 milliards d’euros à horizon 2040. Ces derniers seraient toutefois du même ordre de grandeur que les coûts d’investissement en France (16,1 milliards) en l’absence d’infrastructures hydrogène. « Le scénario sans mise en place d'infrastructures hydrogène requiert en effet des investissements supplémentaires sur les infrastructures électriques dès 2030 pour renforcer d’abord la production, puis les besoins de stockage d’électricité », analyse M. Capaldi.

infrastructure hydrogène guidehouse

Le montant des investissements nécessaire pour mettre en place un réseau d’hydrogène interconnecté avec le reste de l’Europe est plus élevé, de 4,6 milliards d’euros, par rapport au déploiement d’un réseau uniquement national [voir figure ci-dessus]. « Mais les bénéfices de ces investissements sont notamment répercutés à l'économie française par des prix de l'hydrogène plus attractifs pour les consommateurs », fait valoir le directeur de Guidehouse France.

Sécuriser l’approvisionnement

Autre argument déroulé en faveur de la mise en place d’un réseau européen : la sécurité des approvisionnements. « Nos besoins français en hydrogène pourraient être de l’ordre de 60 kilotonnes/an dès 2025, ce qui considérable !, insiste Eric Niedziela, président d’ArcelorMittal France. Afin de souscrire à ces énormes volumes et être compétitifs, l’importation sera requise. » Pour réduire ses émissions de CO2, le producteur d’acier souhaite en effet développer le « Direct Reduced Iron », dont le procédé de fabrication requiert de grandes quantités d’hydrogène. « Développer des infrastructures à l’échelon européen est absolument nécessaire pour sécuriser nos approvisionnements », tranche-t-il.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'hebdo de la techno

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles clés de l'innovation technologique

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le Mans, capitale du son

Le Mans, capitale du son

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Olivier James nous emmène au Mans pour nous faire découvrir un écosystème surprenant : celui de l'acoustique. En quelques années, la...

Écouter cet épisode

Le design dans le monde d'après

Le design dans le monde d'après

L'ancien secrétaire d'Etat socialiste, Thierry Mandon, est président de la Cité du Design de Saint-Etienne. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il présente la Biennale...

Écouter cet épisode

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Dans ce nouvel épisode de « Demain dans nos assiettes », notre journaliste reçoit Frédéric Wallet. Chercheur à l'Inrae, il est l'auteur de Manger Demain, paru aux...

Écouter cet épisode

La fin du charbon en Moselle

La fin du charbon en Moselle

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Cécile Maillard nous emmène à Saint Avold, en Moselle, dans l'enceinte de l'une des trois dernières centrales à charbon de...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

VILLE DE CALLAC

Technicien des Services Techniques H/F

VILLE DE CALLAC - 31/03/2022 - CDD - CALLAC DE BRETAGNE

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

74 - Annecy

Services d'assurances

DATE DE REPONSE 16/06/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS