Les industriels ont toujours le moral en berne

Encore un été pourri en perspective ? Le moral des industriels s’est encore dégradé en juillet par rapport au mois précédent et s’éloigne toujours un peu plus de sa moyenne de longue période. A 90 points, l’indicateur synthétique de climat des affaires calculé par l’Insee atteint même son niveau le plus bas depuis début 2010. L’Insee anticipe désormais une "activité peu dynamique dans les prochains mois".

Partager

Les industriels ont toujours le moral en berne

Les industriels anticipent une dégradation de leurs perspectives de production dans les prochains mois. Leurs carnets de commandes, déjà peu étoffés, ne se sont pas regarnis en juillet sur le marché domestique. Quant aux commandes pour l’export, elles ont fondu ce mois-ci, selon les déclarations des industriels.

C’est dans le secteur automobile que l’activité est la plus mal orientée. Les carnets de commande à l’export s’y sont fortement dégradés alors que la production passée est jugée faible. L’activité devrait aussi se dégrader dans la chimie. A l’inverse, les carnets de commande se regarnissent un peu dans la pharmacie tandis que l’activité des biens d’équipements électriques et de l’électronique et celle de l’industrie agroalimentaire devrait s’améliorer dans les prochains mois.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Un autre indicateur vient confirmer les difficultés traversées par l’industrie. L’indice PMI manufacturier, qui mesure la confiance des directeurs d’achat s’est replié en juillet à son plus bas niveau depuis plus de trois ans pour atteindre 43,6 points, selon Markit economics.

Un indice PMI sous la barre des 50 points marque une contraction de l’activité du secteur. "Les données de juillet mettent en évidence une détérioration du marché de l’emploi, les entreprises du secteur privé français faisant état du plus fort taux de suppression de postes depuis décembre 2009", s’inquiète l’institut Markit economics. Il souligne ainsi "la fragilité évidente de la conjoncture dans le secteur privé français".

L’industrie aura bien du mal à soutenir l’activité française. Dans sa dernière note de conjoncture, l’Insee anticipe un petit rebond de la production industrielle au troisième trimestre de 0,2 % après le fort recul enregistré au premier et deuxième trimestre (-0.8 % puis -0.2 % estimé). Désormais, les industriels espèrent une amélioration de la conjoncture à la rentrée. Verdict en septembre.

Solène Davesne Journaliste Economie
Solène Davesne

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS