L'Usine Agro

"Les industriels ont compris que s'opposer à Yuka n'aurait pas de sens", explique la fondatrice de l'application Julie Chapon

, , ,

Publié le

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

Entretien Pour Julie Chapon, la cofondatrice de l’application Yuka, les industriels ont tout intérêt à jouer le jeu de la transparence.

Les industriels ont compris que s'opposer à Yuka n'aurait pas de sens, explique la fondatrice de l'application Julie Chapon
Julie Chapon, fondatrice de l'application Yuka, veut donner plus de pouvoir aux consommateurs.
© Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

L'Usine Nouvelle. - Vous avez créé Yuka en 2017. Pouvez-vous nous rappeler son objectif et son fonctionnement ?

Julie Chapon. - Yuka est une application qui permet, en scannant le code-barres des aliments et des produits cosmétiques, de connaître leur note sur 100. Pour une meilleure visualisation, nous avons associé cette note à un code couleur.

Comment évaluez-vous les produits ?

Nous utilisons actuellement deux méthodes de notation. Sur la partie alimentaire, 60 % de la note reposent sur le Nutri-Score, 10 % du résultat sont liés aux labels bio et les 30 % restants reposent sur une analyse de la liste des additifs présents dans la composition du produit. Pour cette partie, nous analysons additif par additif le niveau de risque estimé, ainsi que les avis des instances officielles telles que l’Autorité européenne de sécurité des aliments, l’Agence nationale de sécurité sanitaire ou encore le Centre international de recherche sur le cancer. Pour les cosmétiques, nous procédons à une analyse de l’ensemble des ingrédients du produit et nous les évaluons en fonction du niveau de risque associé.

Pourquoi utilisez-vous le Nutri-Score ?

Le Nutri-Score est une très bonne initiative. Il est de plus en plus adopté par les marques et c’est un bon repère visuel pour les consommateurs. Mais comme tous les systèmes de notation, il a ses limites. Il ne peut pas prendre en compte certains détails comme les acides gras ou l’indice glycémique, car les informations permettant de calculer ces éléments ne sont pas obligatoires sur le packaging. C’est d’ailleurs pour cela que nous ne nous basons pas uniquement sur ce critère.

On a longtemps critiqué la provenance des données que vous utilisez pour la notation. D’où viennent les informations sur lesquelles vous vous basez ?

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte