Les industriels moins déprimés mais pas de retournement en vue

Les chefs d'entreprise interrogés par l'Insee retrouvent un peu la confiance même si la conjoncture reste difficile. Dans l'automobile, les perspectives s'améliorent.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les industriels moins déprimés mais pas de retournement en vue
La confiance des industriels baisse un peu moins en avril qu'au cours de ces derniers mois. C'est la conclusion, prudente, de la dernière enquête mensuelle de conjoncture dans l'industrie, publiée par l'Insee ce jeudi. Au plus bas depuis quinze mois, le climat des affaires s'est légèrement redressé en avril, à 71 points contre 68 en mars. "La production va continuer de baisser dans les prochains mois mais de manière moins soutenue", précise Benoît Heitz, chef du département Synthèse conjoncturelle de l'institut. D'ailleurs, l'enquête auprès des directeurs d'achats, également publiée aujourd'hui par Markit, confirme ce rebond : l'indice PMI est remonté de 36,5 points en mars à 40 en avril, le plus faible niveau de contraction depuis octobre dernier. Même amélioration selon les directeurs d'achat dans la zone euro.



Néanmoins, "on ne peut pas parler d'inflexion conjoncturelle", poursuit l'expert de l'Insee. L'incertitude reste de mise, "la conjoncture ne nous signale pas un retournement vers une phase favorable" à ce stade. Comme l'atteste d'ailleurs l'indicateur de retournement censé signaler les changements de tendance. Celui-ci a détecté sa première amélioration depuis 2008 mais reste dans une zone "neutre", c'est-à-dire "défavorable".

Stocks allégés dans l'automobile

Les chefs d'entreprises interrogés confirment un fort repli de leur activité passée. Les stocks de produits finis restent supérieurs à la moyenne, et les carnets de commandes même regarnis, restent "particulièrement peu étoffés".

"Un fait notable pourtant, constate Benoît Heitz, dans l'industrie automobile, les stocks sont désormais jugés inférieurs à la normale, du fait de l'ajustement brutal au cours de ces derniers mois. Mais la situation reste difficile, cela ne veut pas dire que la production va repartir." De manière générale, les patrons voient leurs perspectives de production se redresser mais toujours à un niveau inférieur à la moyenne.

L'embellie reste donc limitée. Même si certains économistes envisagent une stabilisation à un point bas, "il n'y a pas de mouvement de reprise généralisée de la croissance", estime Nicolas Bouzou du cabinet Asterès. Celle-ci "ne peut se jouer que lorsque le système financier redevient en état de drainer des dépôts (des ménages, des entreprises, des banques centrales) pour les prêter aux agents économiques prêts à investir". Plus optimiste, Marc Touati, de Global Equities, estime que ce rebond d'avril sonne "l'heure du redémarrage et du retour de la confiance".

Carmela Riposa
0 Commentaire

Les industriels moins déprimés mais pas de retournement en vue

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS