Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

Les industriels du chocolat s'engagent contre la déforestation

, , , ,

Publié le

33 industriels du chocolat parmi lesquels Nestlé, Cémoi ou Barry Callebaut viennent de lancer un plan d'action commun pour lutter contre la déforestation au Ghana et en Côte d'Ivoire.   L'objectif:  retrouver  20%  du couvert forestier d'ici à 2030.

Les industriels du chocolat s'engagent contre la déforestation
Fêves de Cacao au Ghana
© Gaëlle Fleitour

La déforestation, nouvelle préoccupation des chocolatiers ? Pour la deuxième fois depuis 2017, les industriels du chocolat s'engagent à lutter contre la déforestation en Côte d'Ivoire et au Ghana, les deux principaux producteurs de fèves de cacao dans le monde. Cette fois, c'est à travers un plan d'action commun que les 33 industriels, qui représentent 85% du marché du chocolat entendent lutter pour la restauration du couvert forestier.

Côte d'Ivoire et Ghana principaux producteurs de cacao

Mondelez, Nesté, Cémoi, Barry Callebaut...Les principaux industriels du chocolat sont tous là. Ils sont 33 au total à s'engager dans la lutte contre la déforestation au Ghana et en Côte d'Ivoire.

Les deux pays sont les principaux producteurs de cacao dans le monde avec, respectivement, 835 000 tonnes et 1 449 000 tonnes produits chaque années.

Du cacao qui part essentiellement en Europe, mais également de plus en plus souvent vers la Chine. Si les Chinois ne consomment que 100 grammes par habitant par an, cette consommation est en croissance explosive. "La Chine pourrait devenir le premier marché mondial de chocolat" estimait d'ailleurs Barry Callebaut lors de l'inauguration de ses unités de production sur le continent asiatique.

Mais cette intensification de la demande n'est pas sans conséquence pour les éco-systèmes locaux. Ainsi, l'industrie du chocolat est considérée comme responsable d'une déforestation massive dans ces deux pays.  

3 semaines pour definir les actions individuelles

Une problématique dont les professionnels du secteur sont conscients. Pour preuve, depuis 2017, ils multiplient les engagements pour y remédier. Ainsi, à la veille de la COP 23, ils s'étaient déjà engagés, à améliorer leurs pratiques pour obtenir un chocolat durable d'ici à 2020. Ils ont, le 5 mars, réitéré leurs engagements en ciblant particulièrement la situation au Ghana et en Côte d'Ivoire. Leur objectif que le couvert forestier y atteigne de nouveau 20% d'ici à 2030.

Les industriels se sont laissé 3 semaines pour préciser les mesures prises individuellement. Certains n'ont pas attendu ce délai pour faire connaitre leurs actions. Ainsi, Mondelez indique d'ores et déjà qu'il s'engage à cartographier 100% de ses fermes Cocoa Life dans les principaux pays du programme : Côte d'Ivoire, Ghana et Indonésie d'ici 2019 ainsi que de planter plus de 2,7 millions d'arbres dans ces pays pour restaurer les forêts d’ici 2022.

Reste à savoir si ce nouvel engagement sera suivi d'effets ? En décembre dernier, l'ONG Mighty Earth avait pointé du doigt l'impact nul des précédents engagements et mis en lumière la poursuite, "sans relâche" de la déforestation liée à la culture du cacao pour l'industrie du chocolat en Côte d'Ivoire et au Ghana. 

 

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle