Les industriels de l'offshore éolien rassurés, les six projets verront bien le jour

En visite en Bretagne, à Plévenon près du Cap Fréhel (Côtes d'Armor), le président de la République Emmanuel Macron confirme le maintien des six projets éoliens offshore pour lesquels le gouvernement a négocié, avec les industriels et opérateurs concernés, une baisse sur 20 ans, de 15 milliards d'euros de l'aide publique.

Partager
TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les industriels de l'offshore éolien rassurés, les six projets verront bien le jour
"La France va pouvoir jouer son rôle dans la dynamique mondiale des énergies marines renouvelables" indique Jean-Louis Bal, président du Syndicat des énergies renouvelables,

Le président de la République Emmanuel Macron passe deux journées en Bretagne. La première étape de sa visite s'est effectuée ce mercredi 20 juin à Plévenon (Côtes d'Armor). Dans cette commune proche du Cap Fréhel au large duquel il est prévu l'installation d'un parc éolien offshore composé de 62 machines, Emmanuel Macron a confirmé la réalisation prochaine des six différents projets éoliens offshore répartis sur les côtes françaises pour lesquels l'aide de l'Etat "va baisser de 15 milliards d'euros sur 20 ans", a indiqué le président de la République devant un parterre d'élus locaux plutôt rassurés.

C'est le cas notamment de Loïg Chesnais-Girard, le président de la région Bretagne, qui craignait depuis plusieurs semaines un report sine die des six projets pour lesquels l'Etat ramène son aide de 40 à 25 milliards d'euros, ce qui représente une baisse de 40%. Les industriels ont notamment accepté une révision à la baisse (de l'ordre de 30%) du prix de rachat de l'énergie produite qui va passer de 200 à 150 euros par Mwh.

Conditions tarifaires déconnectées des réalités actuelles

"Les projets sont confirmés, vont avancer et même accélérer", assure Emmanuel Macron. "Ces projets, poursuit le président de la République, avaient été négocies il y a plusieurs années avec des conditions tarifaires et des subventions qui étaient totalement déconnectées des réalités actuelles du marché, et c'est normale et ce n'est la faute de personne."

Ci-dessous une carte des projets de parcs éoliens offshore :

D'après Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique et solidaire qui accompagne Emmanuel Macron dans son voyage en Bretagne, "ces 15 milliards d'euros économisés vont nous permettre d'en faire plus pour le même prix".

C'est donc le soulagement dans les différents consortiums retenus pour les parcs éoliens en mer. Celui de Saint-Brieuc (Côtes d'Armor) est piloté par le groupe espagnol Iberdrola, ceux prévus à Fécamp (Seine-Maritime), Courseulles-sur-Mer (Calvados) et Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) ont pour chef de file EDF quand le choix de l'Etat s'est porté sur Engie au Tréport (Seine-Maritime) et à Yeu/Noirmoutier (Vendée).

La filière française des énergies marines renouvelables respire sachant qu'à Saint-Nazaire a démarré une usine de fabrication de nacelles du groupe General Electric qui va aussi investir à Cherbourg (Manche). De leur côté Siemens/Gamesa ont prévu de créer 750 emplois au Havre (Seine-Maritime) pour la réalisation des éoliennes offshore du Tréport, Noirmoutier et Saint-Brieuc. D'après les industriels de la filière, les différents projets liés à l'éolien offshore vont générer en France la création de 17 000 emplois. A Brest (Finistère), la région Bretagne investit actuellement 220 millions d'euros pour aménager et agrandir les espaces du port de commerce en vue de l'accueil d'industriels des énergies marines renouvelables.

"Grâce à cette décision, indique Jean-Louis Bal, président du Syndicat des énergies renouvelables, la France va pouvoir jouer son rôle dans la dynamique mondiale des énergies marines renouvelables. L’ensemble des acteurs français sont prêts, depuis plusieurs années, à occuper une place de choix dans ces nouvelles filières énergétiques, qui devraient représenter près de 10% de notre électricité en 2030."


Soulagement pour EDF

L'énergéticien français EDF se satisfait, dans un communiqué, des annonces d'Emmanuel Macron. Sa filiale EDF Energies Nouvelles porte trois des six projets français confirmés ce 20 juin, avec Enbridge Inc. et WPD, à Fécamp (Seine-Maritime), Courseulles-sur-Mer (Calvados) et Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). La feu vert accordé à ces projets va permettre la création "d’une filière industrielle nationale pour l’éolien en mer de près de 7000 emplois directs et indirects", se félicite l’entreprise. "Nous attendons les dernières décisions de justice concernant les autorisations de ces projets (dans les prochains mois, NDR)  pour lancer leur construction en vue de premières mises en service dès 2022", ajoute Bruno Bensasson, PDG d’EDF Energies Nouvelles. Ces trois parcs d'éolien offshore permettront de couvrir l’équivalent de la consommation électrique de plus de 2 millions de personnes.

0 Commentaire

Les industriels de l'offshore éolien rassurés, les six projets verront bien le jour

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Energie et Matières premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

Lors des Assises de l'industrie 2021 organisées par L'Usine Nouvelle, Clotilde Delbos, directrice générale adjointe de Renault et DG de Mobilize (marque du groupe au losange) et Christel Bories,...

Écouter cet épisode

Une bête curieuse

Une bête curieuse

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix nous raconte le parcours de Temple Grandin.  Autiste, experte en psychologie des animaux, ingénieure, chef d’entreprise... Temple Grandin...

Écouter cet épisode

François Alu, danseur... et coach en entreprise

François Alu, danseur... et coach en entreprise

Dans le nouveau podcast Inspiration, François Alu, premier danseur de ballet de l'Opéra de Paris répond aux questions de Christophe Bys. Une interview réalisée à l'occasion...

Écouter cet épisode

L'innovation selon le patron de Valeo

L'innovation selon le patron de Valeo

Jacques Aschenbroich, le PDG de Valeo, était présent aux Assises de l'Industrie organisées par L'Usine Nouvelle. Le dirigeant du groupe français, spécialiste des systèmes...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Energies renouvelables

Capteur solaire - CR 110

KIMO INSTRUMENTS

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 30/11/2021 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS