Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

[Gilets jaunes] Les industriels de l'agroalimentaire s'inquiètent des conséquences des blocages

,

Publié le

Dans un communiqué envoyé ce 03 décembre, l'Association Nationale des industries agroalimentaires (ANIA) estime à 13,5 milliards d'euros les pertes que pourraient engendrer le mouvement des Gilets Jaunes. 

[Gilets jaunes] Les industriels de l'agroalimentaire s'inquiètent des conséquences des blocages
Les industriels de l'agroalimentaire craignent pour leur chiffre d'affaire
© yisiris

Sommaire du dossier

13,5 milliards d'euros, c'est le montant des pertes auxquelles l'industrie agroalimentaire, plus gros secteur industriel français, pourrait avoir à faire face si le mouvement des "Gilets jaunes" se poursuit. L'alerte est lancée par l'Association Nationale des Industries Alimentaires (ANIA) qui souligne que ce mouvement touche essentiellement les petites entreprises du secteur. 

20% du chiffre d'affaire réalisé à Noël

Si l'ampleur des pertes estimées est si importante, c'est que le mouvement des gilets jaunes intervient à la veille de la période de Noël. "Une période où l'industrie agroalimentaire réalise 20% de son chiffre d'affaire annuel" rappelle l'ANIA. Chômage technique, commandes annulées, difficultés de transport, saturation des entrepôts...l'association chiffre les pertes potentielles à 13,5 milliards d'euros et estime que le manque à gagner sera difficilement récupérable pour le secteur. "Les conséquences sur le chiffre d’affaires et l’emploi sont irréversibles", explique Richard Girardot, Président de l’ANIA..

Le syndicat n'hésite pas à demander l'intervention des pouvoirs publics pour démonter les barrages et limiter l’impact logistique pour les industriels mais également pour les distributeurs. "Ceci est primordial pour les entreprises, alors que les négociations commerciales qui s’ouvrent s’annoncent particulièrement tendues pour les entreprises", rajoute le responsable.

L'application de la Loi Alimentation

Autre dommage collatéral pour la filière: le report des ordonnances d'application de la loi Alimentation. Initialement attendues ce 5 décembre, le ministre de l'Agriculture a finalement décidé de les décaler au mois de janvier et février. Alors que le mouvement des "Gilets jaunes" est peu à peu passé d'une discussion sur les taxes vers un débat sur le pouvoir d'achat, Didier Guillaume a jugé que le moment n'était pas opportun pour appliquer la fin des promotions et le relèvement du seuil de revente à perte, mesures phares de la loi Alimentation.

Avant même le discours du ministre, l'ANIA avait réagit et exhorter Didier Guillaume à maintenir le cap de la loi.  "La lutte contre la guerre des prix est une urgence pour la filière alimentaire française ! Nous appelons le gouvernement à tenir ses promesses et à ne pas céder aux tentatives de pressions de certains, qui n’hésitent pas à instrumentaliser le mouvement des gilets jaunes et à manipuler les consommateurs afin de faire reculer le gouvernement", implorait Richard Girardot dans un communiqué. Les agriculteurs, principaux concernés par le report des mesures ont, quant à eux, appelé à manifester "contre le matraquage fiscal" dont ils s'estiment victimes. 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle