Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les industriels américains face à la pénurie d’ouvriers qualifiés

, , , ,

Publié le

La relance de l’industrie américaine a créé des besoins en main-d’oeuvre qualifiée que les écoles ne parviennent pas à combler. Cette situation menace la croissance des entreprises concernées.

Les industriels américains face à la pénurie d’ouvriers qualifiés © D.R.

Certes, le secteur manufacturier a perdu 15 000 emplois en août, mais il en a regagné plus de 500 000 depuis janvier 2010. Barack Obama, si les électeurs lui accordent quatre années supplémentaires, promet d’en créer un million de plus d’ici à 2016.

Mais alors que certaines industries voient leurs carnets de commande se remplir, elles se trouvent confrontées à une pénurie de main-d’œuvre qualifiée. Les offres d’emploi d’ouvriers qualifiés ont ainsi augmenté de 152% sur les trois dernières années, selon l’institut de recherche Conference Board. C’est le cas tout particulièrement dans l’Ohio, le Michigan, l’Illinois, l’Indiana, le Texas et la Californie.

Dans ces états, les industriels cherchent désespérément des machinistes, des outilleurs-ajusteurs, des opérateurs de machines assistées par ordinateur et d’autres ouvriers hautement spécialisés. Pour ce type d’emploi, il y avait 208 887 offres au niveau national en août 2012 (à comparer aux 82 741 offres de février 2009).

L’an dernier, en 2011, une étude menée par Deloitte pour le Manufacturing Institute avait fait grand bruit en révélant que 600 000 emplois qualifiés n’étaient pas pourvus dans le secteur manufacturier. Deux tiers des entreprises interrogées déclaraient alors manquer de main-d’œuvre qualifiée. Un comble, alors que le chômage reste fort – 8,1% officiellement, sans compter les nombreux chômeurs exclus des statistiques. 

La pénurie pourrait durer quelques années

Longtemps boudées par les étudiants, les filières professionnelles apparaissent donc de plus en plus séduisantes. Les écoles de métiers observent un afflux d’étudiants (jeunes, chômeurs, mais aussi ouvriers souhaitant acquérir de nouvelles compétences) attirés par les perspectives économiques du secteur et les rémunérations offertes : pour ces emplois qualifiés, les salaires avoisinent désormais les 35 000 euros par an, et peuvent atteindre jusqu’à 75 000 euros.

Problème : les écoles professionnelles sont au maximum de leur capacité. Les administrateurs de ces écoles tentent d’embaucher plus de professeurs et cherchent des fonds pour acheter des équipements supplémentaires et ouvrir de nouvelles classes. Certains établissements proposent désormais des formations accélérées de six mois pour faire face à l’augmentation du nombre d’inscription et à la demande de main d’œuvre.

L’insuffisance des infrastructures existantes et le temps nécessaire à la formation des ouvriers qualifiés laissent penser que ce problème de pénurie pourrait durer encore quelques années. D’autant plus si les incitations à relocaliser les outils de productions aux Etats-Unis continuent de porter leurs fruits.

A cela s’ajoute la démographie : la main-d’oeuvre des usines américaines est vieillissante. Les baby-boomers sont proches de la retraite ; chez Boeing, 28% des 31 000 machinistes ont plus de 55 ans, selon un syndicaliste cité par le Washington Post.

On a peu entendu les deux candidats au sujet de cette pénurie. Barack Obama a toutefois initié plusieurs programmes pour renforcer les partenariats entre l’industrie et les universités – dont le programme Advanced Manufacturing Partnership, lancé en juin 2011.

Dernière initiative en date, le Military-to-Civilian Skills Certification, qui a pour objectif de former les vétérans à devenir ingénieurs ou ouvriers. A terme, ces formations de reconversion pourraient concerner 126 000 militaires. Mais en attendant, les industriels s’impatientent.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle