Les inaugurations d'usines du mois de mai

Partager

Nous démarrons cette semaine une nouvelle rubrique « mensuelle » ! Chaque début de mois désormais, nous ferons le point sur les sites inaugurés aux quatre coins de la France… et repérés grâce à notre réseau de correspondants et à vos informations (cmoal@usinenouvelle.com). Cette fois, le secteur secondaire a vu s’ouvrir une quinzaine d’installations industrielles notables à découvrir ci-dessous, triées par ordre chronologique.

L’industrie rime avec L'écologie

Parmi les 14 inaugurations à noter, 9 concernent directement le secteur « vert ». Les énergies renouvelables ont la cote, à commencer par le Plateau des Mées en Provence, où pousseront, d’ici la fin 2011, 200 hectares de modules photovoltaïques. Certaines entreprises mettent quant à elle en œuvre des initiatives écolos et aménagent leurs installations en faveur d’une politique de développement durable, dont elles font leur cheval de bataille. Enfin, l’industrie du recyclage et de la valorisation des déchets innove, avec notamment l’implantation du 1er centre de tri dans Paris intra-muros. Au final : deux parcs solaire et éolien, une ligne de production, deux fours, quatre aménagements écolos, trois nouvelles implantations… Retour sur un mois riche en inaugurations!

« Recycler les déchets au plus près de là où ils sont produits ». « Relever le défi du développement durable ». Tel est l’objectif du Syctom, l’agence métropolitaine des déchets ménagers à Paris, et de son président François Dagnaud. Le tout premier centre de tri de collectes sélectives intra-muros traitera 15 000 tonnes de déchets par an.
Revaloriser la chaleur générée par une usine de traitement des déchets pour chauffer cinq hectares de serres à tomates, c’est le pari un peu fou de trois exploitants bretons. Un investissement de 7 millions d’euros vite rentabilisé, puisque les 30 millions de kWh délivrés par l’usine voisine permettront aux producteurs de diminuer de 20 % le coût énergétique de leurs installations.
Les Alpes-de-Haute-Provence sont en passe de devenir la vitrine française de l’énergie solaire. D’ici la fin 2011, le Plateau des Mées, qui jouit de 300 jours d’ensoleillement par an, deviendra même le plus grand parc photovoltaïque de France. C’est à l’opérateur belge Enfinity que l’on doit la dernière installation en date : une centrale hors normes de 79 000 modules, pour une production annuelle de 26 millions de kWh. Un investissement de 70 millions d’euros.
Les énergies renouvelables, il en a également été question ce mois-ci sur le site biterrois de l’américain O-I, qui œuvre à réduire la consommation d’énergie et l’empreinte carbone de sa verrerie. Parmi ses nouvelles installations : 10 085 mètres carrés de modules photovoltaïques intégrés au toit de l’usine certifiée iso 14 001, qui deviendra, à terme, énergétiquement autonome.
A2E assemblera désormais ses cartes électroniques dans la commune franc-comtoise d’Héricourt, après un déménagement quasi-forcé de son ancien site belfortain. L’occasion pour l’entreprise de 120 salariés de renouveler ses équipements, réorganiser ses flux de production et augmenter sa productivité de 5 %.
Coolrec recycle les biens électroménagers, Envie2E propose des solutions de traitement des déchets d’équipements électriques et électroniques, Nord Pal Plast et A2P valorisent les matières plastiques. Et ces sociétés ont été les premières à s’implanter à Lesquin, sur le nouveau parc d’entreprises Eco Industria, destiné aux industries du recyclage.
Grâce aux 8 millions d’euros qu’il a investis depuis 2009 dans son usine bragarde, un temps menacée de fermeture, le fabricant d’émail a rapatrié à Saint-Dizier les activités de son ancien site de Limoges, procédé au recrutement d’une cinquantaine de salariés, et inauguré deux nouveaux bâtiments. Une restructuration globale impulsée par la volonté du groupe américain de renforcer sa présence en Europe.
La nouvelle unité de production varoise de Cemex, à Grimaud, répond elle aussi à nombre d’exigences environnementales et normes anti-pollution. La centrale à granulats, d’une valeur d’1,9 millions d’euros, sera d’ailleurs prochainement certifiée iso 14 001.
Diversifier sa production et travailler son offre de services pour conquérir de nouveaux marchés et étoffer sa clientèle, telle est l’intention de la société Polyway, basée au Croisic, en Loire-Atlantique. En déployant 2,5 millions d’euros dans l’extension de sa surface d’ateliers et la rénovation de ses installations existantes, le transformateur de matériaux composites a cherché à optimiser les flux de son usine.
« La construction d’une filière photovoltaïque pérenne en France », le président de Solarezo, Laurent Giraud, y croit. Grâce à une seconde ligne de production installée dans son usine de Pontonx-sur-l’Adour, dans les Landes, la société lyonnaise a désormais une capacité de production de 260 000 modules par an.
Une structure charpente en bois certifiée PEFC, des panneaux photovoltaïques, des ateliers chauffés par pompes à chaleur, un système de récupération d’eau de pluie… Rien n’a été laissé au hasard par l’imprimerie Iropa, qui a réalisé un gain de 30 % d’énergie, depuis la mise en service, à l’automne dernier, de ses 7 300 mètres carrés de bâtiments labellisés Haute Qualité Environnementale.
C’est sur le créneau de l’automobile propre et verte que se situe la société E4V. Le fabricant de batteries au lithium à destination des véhicules électriques vient de s’offrir une usine en plein cœur du Mans. 10 000 voitures seront équipées par E4V d’ici la fin de l’année.
C’est pour assurer la distribution en France et dans le Benelux des profilés en aluminium de sa marque Wicona, que la société Hydro Building Systems France installe sa logistique dans l’Aisne, dans un bâtiment de 18 000 mètres carrés. Un investissement de 25 millions d’euros, qui permettra à la société à HBSF de raccourcir ses délais de livraison.
Ils ont récidivé. Après une association fructueuse dans la Somme en 2009, l’allemand Volkswind, développeur de parcs éoliens, et Siemens ont à nouveau allié leurs compétences pour planter dix éoliennes d’une puissance de 23 MW sur la plaine picarde et verdoyante de Quesnoy-sur-Airaines. Un projet de 23 millions d’euros, qui permettra d’éviter l’émission de près de 15 000 tonnes de CO² par an.

Laura Heulard

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS