Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

Les importations chinoises de porc en fort recul

Franck Stassi , ,

Publié le

Premier consommateur mondial de porc, la Chine – qui en est aussi le premier producteur et le premier importateur – réduit fortement ses achats à l’étranger.

Les importations chinoises de porc en fort recul © Sven Holzwig

L’appétit de la Chine pour le porc n’aura provoqué qu’une embellie de courte durée. "L’information la plus importante sur les marchés mondiaux du porc concerne la baisse substantielle des importations chinoises ces derniers mois, ce qui crée un risque de sur-approvisionnement des marchés mondiaux", lance l’analyste chargé des protéines animales chez Rabobank, Chenjun Pan. Au cours des huit premiers mois de 2017, les importations ont chuté de 27% en volume par rapport à la même période en 2016. En comparant les mois d’août 2016 et 2017, le recul s’élève à 56%.

Cette baisse accompagne une diminution du cheptel plus faible qu’au cours des dernières années – le durcissement des politiques environnementales avait conduit à la fermeture de nombreux élevages. Après avoir légèrement reculé en 2015 et en 2016 (-6,6%), la production porcine chinoise s’apprécierait de 2,3% en 2018, à 54,7 millions de tonnes (Mt) – une hausse qui fait suite à un rebond de 1% en 2017, selon les prévisions du département américain de l’Agriculture (USDA). Pour autant, la Chine resterait le premier importateur mondial de porc, avec 1,6 Mt en 2017, devant le Japon, le Mexique et la Corée du Sud.

Chute des exportations européennes

Entre 2014 et 2016, les importations chinoises de porc avaient bondi de 186,6%, à 2,1 Mt. L’Union européenne, premier exportateur mondial de porc, en a largement bénéficié avec des ventes respectivement en hausse de 44,4% sur cette période. "A court terme, on voit la fin de la crise porcine en Europe, et une reprise significative des prix des blés français", précisait à l’été 2016 le fondateur du cabinet Offre et demande agricole, Renaud de Kerpoisson. Au cours des sept premiers mois de l’année 2017, les exportations européennes de porc ont diminué de 30% par rapport à la même période un an auparavant.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle