Les groupes industriels hexagonaux sont populaires

Le secteur secondaire, pas très sexy ? Ce n’est pas ce que montre le baromètre Posternak / Ifop, qui classe les grandes sociétés hexagonales en fonction de leur image. Onze groupes industriels font partie du Top 30 des entreprises les plus appréciées de France.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les groupes industriels hexagonaux sont populaires

Les Français ne sont pas allergiques aux usines, bien au contraire. Les groupes industriels français sont bien perçus dans l’Hexagone : onze d’entre eux figurent dans le Top 30 des entreprises qui ont la meilleure image, tiré du baromètre Posternak / Ifop réalisé en septembre 2013 par l’agence d’opinion La Matrice.

Yves Rocher décroche la palme d’or : il est premier du classement, talonné par Airbus et Citroën respectivement en deuxième et troisième position. Danone, quant à lui, se maintient à la huitième place du top.

Les prix avant tout

L’outil employé pour classer les entreprises est l’indice moyen d’image. C’est la différence entre les bonnes et les mauvaises perceptions qu’ont les sondés d’une société, en fonction de ce qu’ils en ont entendu dire pendant les mois précédant l’étude.

La crise a percé les fonds de poches de nombreux Français. Ils apprécient les firmes qui leur proposent des produits à des tarifs abordables, comme Yves Rocher. Le groupe confirme pour 2013 sa position de leader de ce classement. Il bénéficie : "d’un rapport qualité-prix reconnu, de produits respectueux de la nature et d’un enracinement breton couronné de succès à l’international", selon Claude Posternak, président de La Matrice.

L’automobile à la fête

Plus surprenant, le secteur de l’automobile est en pleine forme : Citroën a gagné huit places par rapport à la dernière édition de ce top réalisée en juin. Renault est passé de la 27ème à la 19ème position. Peugeot remonte en flèche : il récupère 22 points d’image. Le rapide retour en grâce de PSA après un plan social lourd confirme que la durée d’un déficit d’image pour une crise sociale est assez brève.

Claude Posternak confirme : "Dans les quinze dernières années, les exemples de Danone, Airbus ou Michelin qui ont connu pareilles restructurations, démontrent que la sanction image dans ce cas précis, ne dépasse jamais deux ans." De quoi donner de l’espoir à Air France : le groupe en pleine restructuration perd 21 points d’image par rapport au précédent sondage.

Baromètre Posternak-IFOP - 09-13 by L'Usine Nouvelle

Lélia de Matharel

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS