Les grands groupes optent pour le lobbying face au protectionnisme de Donald Trump

Les grandes entreprises cherchent à peser pour contourner la politique commerciale de Donald Trump. Le 21 juillet, Reuters a appris que plusieurs groupes réfléchissaient à des actions concrètes pour dénoncer le protectionnisme : des campagnes publicitaires aux négociations avec l'administration américaine. Parmi eux, Alcoa, Amazon, Apple ou encore Toyota.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les grands groupes optent pour le lobbying face au protectionnisme de Donald Trump
Les grandes entreprises cherchent à peser pour contourner la politique commerciale de Donald Trump.

De grandes entreprises telles qu'Amazon, Toyota ou Alcoa réfléchissent aux moyens à mettre en œuvre pour échapper aux conséquences de la politique commerciale de Donald Trump ou pour peser sur les décisions de son administration en la matière, a appris Reuters le samedi 21 juillet.

Bien qu'elles refusent toute confrontation directe avec le président des États-Unis, elles tiennent à exercer autant d'influence que possible pour le dissuader de dénoncer les accords commerciaux en vigueur ou d'instaurer de nouveaux droits de douane.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Amazon, la plus grande entreprise mondiale de vente en ligne et de "cloud computing" qui pourrait être lourdement pénalisée par ces droits de douane, envisage de lancer des campagnes publicitaires et de redoubler d'efforts dans le domaine du lobbying politique, a appris Reuters de source proche de ces réflexions. Interrogée sur le sujet, l'entreprise s'est refusée à tout commentaire.

Toyota Motor North America, qui craint que Donald Trump ne mette à exécution ses menaces de taxations des importations de voitures et de pièces détachées étrangères, a envoyé des salariés manifester la semaine du 23 juillet devant le Capitole, tandis que le patron de la filiale américaine du constructeur japonais s'entretenait avec des parlementaires.

General Motors menace de réduire sa présence aux États-Unis

Les dirigeants de General Motors ont également rencontré des membres de l'administration et du Congrès au cours de 2018 pour leur faire part de leurs préoccupations. De nouveaux droits de douane, a averti fin juin le constructeur, réduiraient sa présence sur le marché intérieur comme à l'étranger.

Le plus grand constructeur automobile américain est sur le point d'embaucher Everett Eissenstat, ancien directeur adjoint du Conseil économique national et ex-conseiller de Trump pour les affaires économiques internationales, qui vient de quitter la Maison Blanche, selon des sources proches du dossier.

L'entreprise n'exclut pas cette possibilité, mais ne l'a pas confirmée. Everett Eissenstat n'a quant à lui pas pu être contacté.

Des "discussions actives" avec l'administration Trump

Les entreprises qui pâtissent d'ores et déjà des droits de douane appliqués depuis juin à l'acier et à l'aluminium, plaident également pour un assouplissement de ces mesures.

Le PDG d'Alcoa a déclaré lors d'une conférence téléphonique avec des investisseurs que la compagnie était en "discussions actives" avec l'administration Trump, le département du Commerce et le Congrès pour obtenir la levée de ces droits ou, à défaut, une exception pour le Canada, son premier fournisseur.

La firme a estimé à 14 millions de dollars le surcoût mensuel de la taxation des importations d'aluminium canadien.

Des futurs droits de douane sur les routeurs informatiques chinois ?

Outre l'acier et l'aluminium, l'administration Trump a menacé d'instaurer des droits de douane de 10% à 200 milliards de dollars de produits chinois qui vont des meubles aux routeurs informatiques.

Amazon a fait l'inventaire des articles en question pour évaluer le coût de cette mesure, dit-on à Seattle. La firme redoute notamment une hausse des prix du matériel utilisé dans ses "data centers", qui risque de nuire à la compétitivité d'Amazon Web Services. L'unité de "cloud computing" est la plus rentable de l'entreprise.

"Je ne connais pas beaucoup d'entreprises qui puissent échapper aux risques liés aux droits de douane", commente quant à lui Dean Garfield, directeur général de l'Information Technology Industry Council, auquel appartiennent notamment Microsoft et Google.

Le lobbying politique peut être coûteux et n'offre aucune garantie de réussite, mais certains ont démontré son intérêt.

Donald Trump a ainsi promis au patron d'Apple Tim Cook que les iPhones assemblés en Chine seraient exonérés des droits de douane sur les produits chinois, a rapporté en juin le New York Times.

Avec Reuters (Avec Nandita Bose, Jean-Philippe Lefief pour le service français)

0 Commentaire

Les grands groupes optent pour le lobbying face au protectionnisme de Donald Trump

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS