Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les grands frères version business

Christophe Bys

Publié le

Des patrons confirmés accompagnent, pour un mentorat de dix-huit mois, de jeunes entrepreneurs. Objectif : les aider à devenir les ETI de demain.

Les grands frères version business
Stéphane Bohbot (à gauche) a pris Nicolas Gérard sous son aile.
©

Un mentor n'est pas là pour donner des conseils, ni pour décider à la place du dirigeant », martèle Dominique Restino, directeur-fondateur de l'institut du mentorat entrepreneurial (IME) de la Chambre de commerce et d'industrie de Paris. Une idée dénichée lors d'un voyage au Québec. Un mentor n'est pas un coach, encore moins un consultant. Il a des allures de grand frère version business. C'est une sorte d'aîné qui, comme le résume Nicolas Gérard, associé-fondateur de Kinergy's, « a connu la même étape de développement, a su la dépasser et même aller au-delà ». Dans son cas, le mentor s'appelle Stéphane Bohbot, PDG fondateur de Modelabs, une société qui a réalisé 213 millions de chiffre d'affaires en 2009, soit plus de cinquante fois celui de son jeune « mentoré » la même année. L'une des particularités du programme mis au point pour la CCIP par Dominique Restino est de faire épauler de jeunes chefs d'entreprise par de brillants aînés, avec l'objectif assumé « d'aider des entreprises prometteuses à être les ETI de demain ».

Et qu'importe si le mentor ne connaît pas le secteur de son « élève », il est « la preuve, par l'exemple, qu'il est possible de construire une belle réussite industrielle », indique Pierre Callard, mentoré dans le cadre de sa jeune entreprise Léosphère.

Obligation de se remettre en cause

Depuis le lancement en 2008 de l'institut, c'est une petite centaine de créateurs d'entreprise qui ont bénéficié de cette aide particulière, toujours avec les mêmes règles. Le mentor est bénévole, s'interdit d'investir dans l'entreprise pendant et après les deux années suivant la fin du mentorat. En outre, il accepte le principe selon lequel il sera choisi par le jeune entrepreneur, ce qui demande beaucoup « d'humilité » d'après Dominique Restino. Des contraintes qui ne retirent rien au plaisir de mentorer, si on en croit Jean-Pierre Gorgé, le président du groupe éponyme et mentor de Pierre Callard. « C'est très valorisant de faire profiter de son expérience à un jeune entrepreneur », ajoutant modestement : « On sait aussi quelles bêtises ne pas faire, car on en a soi-même commis certaines. » Le mentor recommande aussi des partenaires (avocat, fonds d'investissement...) à l'entreprise qu'il suit, et peut lui faire bénéficier de son carnet d'adresses.

Pour que le mentorat soit un vrai accompagnement, les deux parties se rencontrent au minimum une demi-journée par mois et évoquent la situation de l'entreprise, ce qui n'empêche pas les contacts plus informels. « Récemment, pour un très gros appel d'offres, nous devions fédérer des partenaires car nous ne pouvions pas répondre seuls. Nous avons consulté Stéphane Bohbot sur le type de partenaires à privilégier », explique Nicolas Gérard, qui indique en passant qu'il a remporté le dit appel d'offres. « Le mentor nous pousse dans nos retranchements, il nous interroge, nous oblige à nous remettre en cause », confirme Pierre Callard.

Pourtant, le mentor n'est pas un gourou infaillible. L'une des entreprises du programme s'est fait racheter récemment par un concurrent : « Son mentor me disait "il faut qu'ils bradent, qu'ils déstockent la marchandise". Il désespérait de ne pas arriver à les convaincre », raconte Dominique Restino. Mentor ou pas, c'est le dirigeant qui prend les décisions. Bonnes, ou mauvaises.

OÙ TROUVER SON PARTENAIRE ?

Via les CCI - l'IME a pour projet de se développer en 2011 dans les CCI des grandes villes de France Via des réseaux d'entrepreneurs - le réseau Entreprendre (pour les créateurs d'entreprise) - le réseau Pionnières (pour les femmes) Via les associations des grandes écoles - Elles promeuvent le mentoring pour leurs anciens comme pour des entrepreneurs non issus de l'école (HEC, Polytechnique, Centrale, etc.) Via des cabinets spécialisés - Ce sont en général des sociétés de coaching qui déclinent une formule spécifique

À L'USINESoupçons

Ce matin, comme d'habitude, le café avait le goût du café, les enfants du mal à se lever. J'étais prête à l'heure. Dehors, l'hiver était toujours là, le RER incertain et l'usine à sa place. C'est à la pause que j'ai senti que c'était différent. C'était à peine perceptible. J'avais l'impression de ne pas être la même. Regards appuyés ou furtifs, bonjours moins francs. Il suffit d'une entorse à l'habitude pour que votre petit monde, éternel et rassurant, prenne l'eau. Et vous fasse tanguer. Peut-être m'étais-je habillée de travers ou avais-je une marque sur le visage. Rien. C'était bien moi dans le miroir du vestiaire. Mes collègues ont continué à me dévisager sans me regarder. Je me sentais coupable. Mais de quoi ? Je me suis repassé le film de la semaine précédente. Lundi chargé ; mardi tranquille ; mercredi, rien à signaler ; jeudi, une altercation ; vendredi, sur les rotules. Je rembobine jusqu'à jeudi. Qu'avais-je dit qu'il ne fallait pas dire ? Qu'avait-on dit que je ne devais pas savoir. Mes collègues se taisaient quand je m'approchais d'eux, la seule conversation que j'avais le droit d'entendre portait sur les difficiles amplitudes thermiques et les déplacements des nuages. Moins ils parlaient, plus leur silence en disait long ; moins ils me regardaient, plus je me sentais observée. La journée n'en finissait pas. Conspirateurs ? Ennemis ? Ils faisaient tous une drôle de tête, mes collègues, la tête des mauvais jours et des mauvaises nouvelles. Tout y est passé. Ma mutation sur un site à l'étranger, un licenciement pour faute grave et méconnue. Ou une promotion, qui sait ? Je n'arrivais pas à travailler. Je me sentais en quarantaine quand ils sont arrivés derrière moi et qu'ils m'ont entourée. Ils m'ont tendu un gros paquet

Le mentor« Je l'incite à la prudence

JEAN-PIERRE GORGÉ Président fondateur du groupe Gorgé, fondé en 1990 (sécurité industrielle) Chiffre d'affaires : 225 millions d'euros, 1 700 salariés « Mon mentoré a monté une entreprise intéressante et attachante. Je ne donne pas de conseils, mais des avis désintéressés. J'espère l'amener à avoir davantage de prudence. Ayant repris une trentaine d'entreprises, j'avais envie de transmettre mon expérience du business, ma connaissance des problématiques liées à la croissance des entreprises, à leur financement. Par ailleurs, j'avais plus de temps libre. J'ai transmis à mon fils le groupe que j'ai créé et même si j'y garde des fonctions, je peux développer d'autres activités en parallèle. C'est pourquoi je me suis porté volontaire quand j'ai été sollicité par l'institut du mentorat. »

Le mentoré« Il ne nous ménage

PIERRE CALLARD Directeur général et cofondateur de Léosphère, fondée en 2004 (instruments météorologiques) Chiffre d'affaires : 7,4 millions d'euros, 40 salariés « Avec mon associé, nous avons choisi Jean-Pierre Gorgé, car le contact s'est établi tout de suite. Pourtant, il ne nous ménage pas. Cela donne de la valeur à ses avis, car il ne cherche pas à nous plaire. C'est un homme libre qui nous transmet ce qu'il a vécu. Alors que nous hésitions sur le choix d'un partenaire, il nous a soufflé les bons critères à creuser pour arbitrer. Il nous force à réfléchir. Nous avons une réunion formelle une fois par mois sur un thème précis, mais échangeons régulièrement des mails pour un conseil, un contact. »

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus