Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les grandes tendances de la robotique

Frédéric Parisot , ,

Publié le

Les grandes tendances de la robotique
L’italien Comau mise sur l’agilité, avec ce robot industriel à double bras.

Grand-messe de la robotique industrielle, le salon Automatica, qui se tient à Munich du 3 au 6 juin, met cette année l’efficacité énergétique à l’honneur. Plusieurs conférences présenteront les derniers travaux en matière de gestion de l’énergie. Mais le robot de demain ne sera pas seulement plus économe, comme chez Yaskawa. Les constructeurs dévoileront leurs innovations dans plusieurs domaines : la sécurité, notamment chez Stäubli et Kuka, l’ouverture chez ABB, l’agilité chez Fanuc et Comau avec un robot à double bras, ou encore la mobilité. Tour d’horizon des principales tendances du marché.

1. Programmation hors-ligne

ABB RobotStudio, Staübli Robotics Suite 2013… Les constructeurs proposent des logiciels de programmation hors ligne. Sortes de logiciel CAO pour robot, ils permettent de modéliser un robot sur une chaîne de production, donc d’éliminer au plus tôt les risques de collisions. Surtout, ces logiciels peuvent générer automatiquement le code à télécharger dans le robot.


2. Mouvements complexes

Avec des robots exécutant des mouvements toujours plus complexes, les lignes de production se simplifient. Imaginés par Yaskawa, les robots à double bras permettent de réduire le nombre d’unités sur une ligne de production. Fanuc, lui, équipe ses robots de placement d’axes de rotation qui remplacent les bols vibrants.


3. Sécurité

Les fonctions telles que "vitesse sûre" ou "arrêt sûr" permettent aux robots de travailler auprès des opérateurs. Le Liwa de Kuka inaugure la détection de collision, qui stoppe tout mouvement en cas de contact avec un élément extérieur. Staübli introduit à Automatica la notion de zone de sécurité : le bras ne sort jamais de la zone qui lui est attribuée.


4. Mobilité

En 1992, BA Systèmes inaugurait le premier bras sur plate-forme mobile. Yaskawa se lance sur le marché du médical avec un concept similaire. Des développements de robots autonomes sont en cours chez Airbus (projet Asimov) et chez PSA (projet Stamina).


5. Interopérabilité

Chaque constructeur dispose de son propre langage de programmation, ce qui ne facilite pas la création d’applications avec des bras de marques différentes. Depuis 2012, le consortium ROS (robot operating software) vise à créer un langage universel. Fin 2013, BMW a testé ce langage ROS dans ses usines.


6. Pinces et capteurs

Les systèmes de préhension s’équipent de capteurs apportant deux nouveaux sens : la vue (capteurs de vision) et le toucher (capteurs d’efforts). Grâce à eux, les robots peuvent ajuster leurs trajectoires en temps réel. ABB s’est associé à Cognex. Fanuc propose des robots avec vision intégrée.


7. Efficacité énergétique

Parmi les nouveautés présentées au salon, des robots toujours plus légers, comme le MA1440 de Yaskawa ou le KR Quantec de Kuka, qui affiche une consommation inférieure de 36% par rapport aux générations précédentes. Fanuc propose des bras dotés d’une technologie de récupération d’énergie au freinage.


8. Ouverture vers l’extérieur

Les robots connectés au réseau de l’entreprise peuvent envoyer des informations vers l’extérieur. Intéressant pour la maintenance, grâce à des services comme RemoteService chez ABB ou Remote Maintenance chez Staübli. Ce dernier livre son nouveau TX2 avec une tablette tactile : l’opérateur peut voir en temps réel ce que fait le robot.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle