"Les grandes marques françaises peuvent encore nous rejoindre à l’exposition de Milan", affirme Alain Berger  

Le 1er mai, Milan accueille pour six mois l’Exposition universelle. Avec pour thématique le défi pour nourrir la planète à l’horizon 2050, elle accueillera 145 pays et 25 millions de visiteurs. Alain Berger, le commissaire général du Pavillon français, nous en dit plus sur la présence française à cette exposition. Il évoque également la faible présence de grandes marques de la gastronomie française sur le pavillon tricolore.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L’Usine Nouvelle - Quel sera le message de la France à l’exposition de Milan ?

Alain Berger - En 2050, la population mondiale devrait compter 9,7 milliards d’individus, soit 2 milliards de plus qu’aujourd’hui. Selon les études, pour répondre à cet accroissement, il faudra augmenter de 70 % la production alimentaire mondiale. De par sa place dans l’agriculture et l’agroalimentaire, la France a des réponses à apporter. Il faudra augmenter l’exportation, développer la production de manière durable, lutter contre le gaspillage, et améliorer la qualité. Certains pays sont davantage tournés vers la production, d’autres sur la recherche et d’autres encore sur la qualité. La France conjugue tous ces modèles à la fois. C’est ce que nous allons montrer lors de l’exposition.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Quelle forme prendra le pavillon de la France ?

Il y a aura quatre-vingt pavillons sur les 145 Etats participants. Certains devraient se regrouper autour de thématiques communes comme le café ou le cacao. La conception du Pavillon de la France a été confiée au cabinet X-TU et ses architectes Anouk Legendre et Nicolas Desmaziere. Construit en bois du Jura par une PME du Doubs, Simonin Frères, il représentera une grande halle, se voulant le symbole de la diversité alimentaire française et des nombreux reliefs des paysages français.

Des expositions interactives seront proposées autour de quatre axes principaux : l’alimentation durable ; produire plus et mieux ; le transfert d’innovation vers les pays en développement et l’alimentation plaisir et santé. A l’intérieur, il y aura également un restaurant gastronomique et une boulangerie. A l’extérieur, un foodtruck, proposera des plats élaborés par des chefs.

La France semble avoir bénéficié de moins de financements que ses voisins européens. Qu’en est-il ?

Nous bénéficions d’un budget de 20 millions d’euros de financement de l’Etat pour un emplacement de 3600 m2. 14 millions ont été consacrés à la construction du pavillon. Il s’agit d’une structure en bois de sapin et épicéa de Franche-Comté, entièrement démontable et remontable, qui pourra être revendue et installée ailleurs. C’est vrai que beaucoup de nos voisins, comme l’Allemagne, ont un budget deux fois supérieurs au notre. Au total, nous estimons que nous bénéficierons de 23 à 24 millions d’euros de budget, grâce aux soutiens de régions, comme Ile-de-France, Rhône-Alpes et Bretagne.

Peu de grandes marques et d’industriels français du secteur seront présents sur le pavillon, hormis Danone, Sojasun et Terrena. Pourquoi ?

Oui, beaucoup de groupes préfèrent aller sur les salons professionnels. Ils ne voient pas forcément l’intérêt d’être présents à Milan. Ce sera pourtant une vitrine mondiale des savoir-faire dans l’agroalimentaire. Plusieurs de nos grands distributeurs ont également refusé, ne souhaitant pas mettre en avant leurs origines françaises. Mais nous sommes toujours en discussions et nous espérons que de grandes marques vont venir nous rejoindre dans les prochaines semaines !

Propos recueillis par Adrien Cahuzac

Partager

NEWSLETTER Agroalimentaire
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS