Les grandes manœuvres reprennent pour DCNS

Paris et Berlin qui relancent l'idée d'un rapprochement de leurs champions respectifs dans le naval, voilà de quoi alimenter les conversations lors du prochain salon Euronaval, qui se tiendra du 27 au 31 octobre prochains au Bourget.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les grandes manœuvres reprennent pour DCNS
Ce vieux projet de rapprochement entre les deux chantiers - plusieurs fois repoussé - vise à créer un géant européen du naval en réunissant le français DCNS, qui revendique le leadership du Vieux continent avec 2,6 milliards d'euros de chiffre d'affaires, et ThyssenKrupp Marine Systems (TKMS), dont les ventes dépassent légèrement 2 milliards. Un géant qui pourrait donc rivaliser avec les deux leaders mondiaux, les américains Northrop Grumman et General Dynamics.

« Mais entre l'idée et sa réalisation concrète, il y a un grand pas à franchir, et tout d'abord, il faudrait que les deux entreprises aient un projet industriel en commun », analyse une source proche du dossier. DCNS et TKMS se font une concurrence frontale dans presque tous les domaines, frégates, sous-marins, corvettes. Seule différence, TKMS a aussi une activité dans le civil (réparation de grands yatchs notamment), très minoritaire par rapport au naval. Les Français et les Allemands devront aussi se mettre d'accord sur la valorisation des deux entreprises, et des activités apportées par chacune. Un vrai casse tête en perspective car si DCNS est plus gros, c'est essentiellement en raison de la part prise par les commandes de la Marine nationale. Au contraire, en bonne entreprise allemande, TKMS est beaucoup plus tournée vers l'export. Autre problème : il faudra « sanctuariser » la filière nucléaire maîtrisée par DCNS, fournisseur attitré des sous-marins nucléaires français.

« Les deux entreprises auraient intérêt à fonder leur union sur un projet industriel précis via une société jointe, comme l'ont fait DCNS, Finmeccanica et Thales dans les torpilles », explique cette source. Autre point, et non des moindres, comment Paris et Berlin pourront accorder leurs violons, alors que Nicolas Sarkozy a en même temps relancé l'idée d'un rapprochement entre DCNS et les ex-Chantiers de l'Atlantique (Aker Yards France) ? Il faudra faire des choix car il n'est pas sûr que les deux opérations soient compatibles. Une chose est sûre : ce dossier sera traité par le successeur de l'actuel PDG de DCNS, Jean-Marie Poimboeuf, qui doit tirer sa révérence en fin d'année.

Guillaume Lecompte-Boinet

A lire aussi :
Les industriels français de la défense courtisent la Grèce, 08/10/2008
DCNS Cherbourg investit pour le Barracuda, 04/06/2008
Safran et DCNS raflent deux commandes du ministère de la Défense, 10/04/2008
DCNS : le bénéfice net chute fortement, malgré une progression des ventes, 07/03/2008

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    SAFRAN
ARTICLES LES PLUS LUS