L'Usine Santé

Les géants de la cosmétique prêts à renoncer à la poudre de talc accusée d'être un cancérigène

, , , ,

Publié le , mis à jour le 09/06/2020 À 15H59

Les géants de la cosmétique comme Chanel, L'Oréal ou Revlon renoncent progressivement à la poudre de talc, alors que les actions en justice liées au développement de cancers se multiplient depuis 2013. Le minéral, qui se loge parfois dans le même roche que l'amiante, pousse les entreprises à trouver des alternatives. 

Les géants de la cosmétique prêts à renoncer à la poudre de talc accusée d'être un cancérigène
Les géants de la cosmétique renoncent progressivement à la poudre de talc, présents dans leurs produits de beauté, accusée d'être cancérigène. /Photo d'archives/REUTERS/Shannon Stapleton
© Shannon Stapleton

Volte face des géants de la cosmétique sur la poudre de talc. Empêtrés dans de nombreuses actions en justice liées au développement de cancers dus à l'utilisation de leurs produits à base de cette poudre minérale, les grands groupe du secteur comme Chanel, L'Oréal et Revlon renoncent progressivement à ce composant. 

La perception négative du minéral, qui se loge parfois dans la même roche que l'amiante, un cancérigène puissant, poussent à présent les trois entreprises à trouver des alternatives.

Des plaintes en cascade déposées depuis 2013

Des milliers de plaintes avaient ainsi déposées dès 2013 contre la société pharmaceutique Johnson & Johnson, accusée de vendre des produits contenant de l'amiante.

Une enquête de Reuters, parue en 2018, avait révélé que J&J avait connaissance de la toxicité potentielle de ses poudres corporelles qui, à partir de 2017, aurait entraîné le développement de nombreux cancers.

L'entreprise américaine, qui avait contesté le rapport de Reuters, a toutefois annoncé le mois dernier qu'elle retirait de la vente, aux États-Unis et au Canada, son talc pour bébé.

D'autres fabricants de poudres de talc, comme Revlon, Chanel et Avon, font également l'objet de poursuites.

En mars dernier, Amy Wyatt, représentante de Chanel, a commenté le dossier judiciaire d'une femme californienne ayant contracté un mésothéliome, une forme rare de cancer dont la seule cause établie à ce jour est l'exposition à l'amiante. La plaignante utilisait une poudre corporelle à base de talc que Chanel avait choisi de retirer du marché en 2016. "C'était un produit sûr", a déclaré Amy Wyatt lors de sa déposition, mais "nous avons décidé de respecter la perception du public et de le retirer du marché".

Si le porte-parole de Revlon a affirmé que la société avait retiré le talc de ses produits corporels, sans toutefois commenter le litige, L'Oréal préférerait trouver un composant susceptible de remplacer le talc dans ses cosmétiques.

L'Oréal étudie les alternatives et effectue des tests en interne

"Des alternatives partielles bien connues existent, et nous continuons d'explorer et d'envisager les plus performantes d'entre elles", a déclaré L'Oréal à Reuters par e-mail.

Le groupe de cosmétique français exige de ses fournisseurs qu'ils certifient que le talc soit exempt d'amiante, en plus d'effectuer des tests en interne, a précisé sa porte-parole.

Des alternatives existent

Le groupe allemand Beiersdorf a indiqué avoir opté, en 2018, pour la fécule de maïs dans sa poudre pour bébé Nivea. Impliqué dans 165 actions en justice, Bausch Health a changé, la même année, la formule de sa poudre Shower To Shower pour s'adapter aux tendances du marché, et non pour des raisons sécuritaires, a précisé une représentante de la société canadienne.

Avon, qui a refusé de commenter le sujet, a déclaré dans le cadre d'un dossier que 128 procès, mettant en cause ses produits à base de talc, étaient actuellement en cours.

A l'origine de la poudre Gold Bond, le groupe pharmaceutique français Sanofi conteste "vigoureusement" les poursuites judiciaires engagées contre lui.

139 350 tonnes de talc devraient être consommées en 2020 

Cette année encore, 139.350 tonnes de talc devraient être consommées à l'échelle mondiale, d'après les données d'Euromonitor International.

Alors qu'elle devrait analyser 50 échantillons cosmétiques en 2020, la FDA (U.S. Food and Drug Administration) envisage d'établir une norme d'essai spécifique à l'amiante.

Suivant les avertissements officieux du ministère de la Santé canadien, la décision d'une restriction, voire d'une interdiction, de l'utilisation du talc dans certains produits au Canada devrait être rendue l'an prochain.

Avec Reuters (Avec la contribution de Ritsuko Shimizu; version française Juliette Portala, édité par Jean-Michel Bélot)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte