L'Usine Energie

Les gaz de schiste à nouveau en débat

Ludovic Dupin , ,

Publié le

Un an après l’interdiction de l’exploitation des gaz de schiste, la création d’une commission sur le sujet et la remise d’un rapport interministériel marquent la réouverture des discussions ce 22 mars.

Les gaz de schiste à nouveau en débat © Travel Aficionado - Flickr - C.C.

La loi du 13 juillet 2011 interdisait l’exploration et l’exploitation des mines d’hydrocarbures liquides ou gazeux par fracturation hydraulique. Cette loi anti-gaz de schiste, votée pour répondre à la vive émotion créée dans le grand public par ces techniques, s’accompagnait d’autres mesures.

L’une d’entre elles était attendue par les industriels favorables à cet hydrocarbure : la création d’une commission nationale d’évaluation des techniques d’exploration et d’exploitation des gaz et des huiles de schiste. Les 21 membres de cette commission devront évaluer deux fois par an si l’exploration des gaz de schiste peut se faire en toute sécurité pour l’environnement.

Aujourd’hui, la version définitive du rapport de la mission d’inspection sur les gaz et huiles de schiste a été publiée. Le rapport avait été lancé en février 2011. Son rôle était d’évaluer les enjeux environnementaux et sociétaux d’une exploitation de cette ressource en France. La mission interministérielle rappelle que les décisions brutales prises en France n’ont pas permis d’engager un débat technique et démocratique serein.

En introduction, les rapporteurs jugent "qu’il serait dommageable, pour l’économie nationale et pour l’emploi, que notre pays aille jusqu’à s’interdire, sans pour autant préjuger des suites qu’il entend y donner, de disposer d’une évaluation approfondie de la richesse potentielle. Accepter de rester dans l’ignorance d’un éventuel potentiel ne serait cohérent ni avec les objectifs de la loi POPE (loi de Programmation fixant les Orientations de la Politique Énergetique), ni avec le principe de précaution. Mais, pour ce faire, il est indispensable de réaliser des travaux de recherche et des tests d’exploration".

Réglementation spécifique

Le rapport préconise d’engager des travaux pour élaborer une réglementation spécifique sur les techniques liées aux hydrocarbures de roche mère. Elle doit s’inspirer fortement des meilleurs travaux en cours aux États-Unis. Les rapporteurs appellent également à susciter des collaborations, dans l’esprit des pôles de compétitivité, entre les différents acteurs pour réaliser des expérimentations scientifiques. Enfin, le pays doit participer activement à des échanges entre pays européens en vue de développer les meilleures pratiques.

Selon les premières études de l’agence internationale de l’énergie (AIE), la France pourrait posséder les deuxièmes réserves de gaz non conventionnel en Europe derrière la Pologne. Sur le Vieux Continent, les pays de l’est et plus récemment l’Allemagne et le Royaume-Uni se sont engagés dans des études pour estimer leurs réserves. Ailleurs dans le monde, les États-Unis, qui ont dix ans d’avance, sont en passe de devenir des exportateurs de gaz alors que ce pays était depuis plusieurs décennies le premier importateur de la planète. Et la Chine lance de lourds investissements pour exploiter cette ressource.

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

03/04/2012 - 10h17 -

Brutalement, les préoccupations liées au dérèglement climatique induits de la consommation des ressources pétrole, gaz et charbon sont balayées !
Répondre au commentaire
Nom profil

03/04/2012 - 10h09 -

On en attendait pas moins.
A quand le moment ou la technologie sera au service de l'individu et non au service du capital.
Il est évident que les bénéfices de cette exploitation iront aux pétroliers et à la finance. Les citoyens devront se charger de financer la réparation des dégâts occasionnés par cette exploitation si toutefois ces dégâts sont réparables ce dont je doute fortement.
Il suffit de voir comment se comportent les industries liées à l'énergie dans les pays producteurs pour comprendre à quel point les considérations concernant l'environnement et la santé des populations concernés par les sites d'extraction ne les préoccupent pas. Ils ont des billets dans la boite craniène à la place d'un cerveau.
En revanche, il est possible de vivre autrement et notament en consommant moins d'énergie. Le soleil ne pollue pas et en plus il est gratuit. On attend quoi ?
Philippe Gros
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte