Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

Les Français ont bu plus de bière en 2018

Franck Stassi , ,

Publié le

En 2018, la consommation de bière s’est accrue de 4,2%. Une météo favorable, le rebond (confirmé) des cafés et l’essor des bières sans alcool ont aidé la filière.

Les Français ont bu plus de bière en 2018
190 millions d'euros ont été investis dans le secteur de la bière en France en 2018.
© Ninkasi

Les Français confirment leur intérêt retrouvé pour la bière. En 2018, la consommation a progressé en moyenne de 4,2% (+1,8% en 2017). La hausse des volumes se chiffre à 5% en grandes et moyennes surfaces, et à 1,8% en cafés-hôtels-restaurants (CHR), dans un contexte de "climatologie exceptionnelle", selon l’association des Brasseurs de France, dont les adhérents ont réalisé 3,9 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2018, en progression de 11,4%.

Le beau temps a favorisé la consommation de bière de juin à octobre, avec un pic constaté en août. La météo a incité les Français à se rendre dans les cafés : "jusqu’alors, le segment CHR plombait la bière, avec un recul depuis 1976, avant une première hausse de 0,3% en 2017. La diversité de l’offre permet la relance de ce réseau", observe Maxime Costilhes, délégué général de Brasseurs de France. Une donnée à laquelle il convient d’ajouter le potentiel effet de la Coupe du monde de football, qui n’est pas quantifié en tant que tel.

Boom des bières sans alcool

L’année a aussi été marquée par la poussée des bières sans alcool. "Elles ont bénéficié d’une une vraie révolution de leur image, et de fortes évolutions en matière de qualité. Cette évolution technique, qui a trois ans, est devenue un élément prioritaire pour les brasseurs. Certains microbrasseurs y réfléchissent. Cela contrebalance l’aspiration à la consommation de bières plus fortes que l’on a connue il y a quelques années", poursuit Maxime Costilhes. En 2019, Heineken lancera Affligem 0.0, une bière d’abbaye, tandis que Kronenbourg développera l’offre de Tourtel Twist, dont les ventes ont bondi de 30% en 2018.

Le dynamisme de la filière, marqué en nombre d’entreprises (1 600 brasseries, contre 1 100 fin 2017) et de projets (190 millions d’euros d’investissements en 2018, contre 131 millions en 2017), masque toutefois la fragilité de nombreuses entreprises. 65% d'entre elles n'atteignent pas encore leur seuil de rentabilité, estimé en moyenne à 300 hectolitres par Brasseurs de France. "En-dessous, les brasseries ne sont pas en mesure de payer quelqu’un. Il faut vite qu’elles atteignent certains volumes pour être pérennes", indique Maxime Costilhes. Et de rappeler que la brasserie, tout comme la distribution, sont des métiers fortement consommateurs de capitaux.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle