Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les Français ne veulent plus travailler cinq jours par semaine, selon une étude d'ADP

Christophe Bys

Publié le

Décidément l'organisation du travail héritée de l'ère industrielle ne correspond plus aux souhaits des travailleurs européens et français. 60 % de ces derniers souhaiteraient travailler quatre jours par semaine selon une étude réalisée par ADP. Mais tous ne sont pas prêts à y mettre le même prix....

Les Français ne veulent plus travailler cinq jours par semaine, selon une étude d'ADP
En attendant la semaine des 4 jeudis, à quand le mois de mai toute l'année ?
© DR

Pour réveiller un repas en famille qui ronronne ou être certain de débattre entre amis jusqu'à l'aurore, rien ne vaut la question du travail, et plus particulièrement du temps qu'il convient de lui consacrer dans une vie. Tout le monde a un avis, en général bien tranché, alimenté par les débats politiques, que l'on pense au "travailler plus gagner plus" de Nicolas Sarkozy ou de la plus discrète semaine de quatre jours promue depuis plusieurs années par Pierre Larrouturou. 

Pas d'exception française

C'est justement cette dernière qui est étudiée par ADP (société américaine spécialisée dans les RH) dans le cadre de son étude The workforce view in 2018 (*). Elle fournit de nouveaux arguments pour vos prochains débats en famille ou entre amis. On y découvre que 60 % des "travailleurs" français sont favorables à la semaine de quatre jours de travail. Un peu comme si toute l'année devenait un mois de mai 2019 ininterrompu, avec des ponts et des jours fériés.  

Contrairement à une idée reçue, les Français ne sont pas si singuliers dans leurs attentes. Ils sont mêmes plutôt dans la moyenne. La proportion de salariés favorables à quatre jours de travail atteint 63 % en Espagne, 61 % aux Pays-Bas... mais tombe à 38 % en Pologne. 

Mais quel sacrifice sont-ils prêts à faire pour cela ? L'étude montre que 83 % des supporters de la semaine de 4 jours répondent que travailler plus sur quatre jours serait le bon prix à payer pour obtenir ce droit à la semaine de quatre jours. Seulement 17 % sont prêts à gagner moins pour s'offrir du temps libre. D'un côté, les tenants très majoritaires d'un meilleur équilibre vie privée vie professionnelle et d'une liberté de s'organiser ; de l'autre, les sages prêts à gagner moins (et consommer autrement) pour vivre mieux.

Tout revoir ? 

L'étude n'envisage malheureusement pas une troisième possibilité : travailler quatre jours par semaine en revoyant le nombre de jours de congés payés et autres jours chômés. Voire en augmentant la durée de travail au long de la vie. Pour rappel, une étude réalisée par l'université finlandaire de Tampere indiquait que le temps pour récupérer se situait entre 8 et 11 jours et semblait indiquer que l'optimum serait d'abandonner les longues pauses estivales, et de multiplier les arrêts réguliers d'une dizaine de jours tout au long de l'année. 

Reste que l'enquête d'ADP confirme que les salariés français (et européens) considèrent que la question de l'équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée doit être à nouveau débattue.  

Puisque la question du travail est politique et qu'un nouveau parlement européen vient d'être élu, il serait peut être temps qu'il se saisisse de cette question. 

 

---------------------------------------------

(*) Etude réalisé auprès de 10 000 salariés européens (dont 1410 français). Des salariés de 8 pays (France, Allemagne, Italie, Pays-Bas, Pologne, Espagne, Suisse et Royaume-Uni) ont été interrogés par Opinion Matters. 

 

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

28/05/2019 - 16h05 -

Le temps de travail dépend évidemment du niveau de ressources dans le foyer. Ainsi ceux qui gagnent plus, voudront travailler moins longtemps. Alors que ceux qui gagnent moins voudrons travailler plus ! Faire une semaine de quatre jours ne pose sans doute pas de difficulté pour l'entreprise dans la mesure ou celle ci pourra fonctionner normalement ? C'est à dire pouvoir être ouverte quand c'est le moment en organisant les horaires qui conviennent le mieux à chacun ? La liberté de pouvoir choisir c'est toujours ce qui convient le mieux ! Et pouvoir choisir entre faire une semaine de quatre jours de 9 h,ou cinq jours de 7 h l'entreprise serait sans doute gagnante ? Et les salariés également ?
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle