Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les Français et la livraison du Mistral, discours de l'Etat de l'Union, Nespresso, Magic Leap : la revue de presse de l'industrie

Sylvain Arnulf

Publié le

La Tribune publie un sondage inédit sur la vente du navire Mistral à la Russie ; vos journaux décryptent les enjeux du septième Discours de l'Etat de l'Union de Barack Obama ; Nespresso doit affronter une nouvelle offensive judiciaire : c'est la revue de presse de ce mardi 20 janvier.

Livraison du Mistral à la Russie : les Français approuvent, selon un sondage

 

 

La Tribune a commandé un sondage à l'Ifop pour savoir comment les Français percevaient la livraison du navire Mistral à la Russie. Résultat : 64% des sondés se disent favorable à la livraison des deux bateaux de projection et de commandement à la Russie. Pour 77% des sondés, le refus de livrer les deux BPC aura des conséquences négatives directes pour les chantiers navals en France (notamment DCNS et STX France) et pour l'emploi. "Les Français sont d'autant plus convaincus de la nécessité de livrer les deux Mistral à la Russie qu'ils considèrent, à une très large majorité (75%), que le refus de la France de remettre ces navires à la marine russe n'est pas efficace pour régler le conflit entre l'Ukraine et  la Russie", commente le quotidien en ligne.

"D'une manière plus générale, les Français, à une large majorité (81%), estiment que la Russie est un grand pays avec lequel la France doit entretenir de bonnes relations. Ils affirment aussi que les relations économiques avec la Russie ont une grande importance pour l'économie française (80%)", poursuit La Tribune.

Un sondage "qui s'écarte du politiquement correct" analyse le directeur des études politiques à l'Ifop, Damien Philippot.

Barack Obama s'attaque aux niches fiscales

C'est jour de grand oral pour Barack Obama qui prononcera ce 20 janvier son septième Discours de l'Etat de l'Union (dans la nuit de mardi à mercredi en heure française). On pourrait penser le Président affaibli après sa défaite cinglante aux élections de mi-mandat mais il joue au contraire sa carte sans complexes, décrypte le journal suisse Le Temps. "Depuis la prise de contrôle républicaine du Capitole, Barack Obama semble animé par un second souffle, par l’énergie de celui qui cherche à tout prix à imprimer sa marque dans l’histoire. Libéré de considération électorale, de son propre parti et même de la nécessité de collaborer avec les républicains. Dans son allocution, il devrait promouvoir un agenda résolument progressiste: congé maternité payé de six semaines, congés maladie, accès gratuit aux community colleges , ces antichambres de l’université, sans oublier une réforme fiscale qui supprimerait des niches fiscales pour les plus riches et abaisserait les impôts de la plupart des ménages".

Libération précise que le Président américain voudrait faire contribuer particulièrement "les 1% de ménages les plus riches du pays afin de financer de nouvelles aides pour les classes moyennes". Cet effort représenterait 320 milliards de dollars, explique Le Figaro, et permettrait de générer 175 milliards de dollars de crédits d'impôts pour les classes moyennes.

Cette initiative risque de se heurter au mur républicain mais donnera des arguments aux démocrates dans la campagne qui s'annonce.

Nouvelle bataille judiciaire pour Nespresso

 

 

L'année commence mal pour le fabricant de machine à café et de dosettes Nespresso, filiale de Nestlé. D'abord car ses doses de café sont toutes produites en Suisse : il subit donc de plein fouet la flambée du franc suisse. Mais ce n'est pas le seul nuage noir qui s'amoncelle dans son ciel. En  France, la concurrence sur le marché des dosettes est de plus en plus féroce. "En septembre dernier, sous la pression de l’Autorité de la concurrence, la filiale du groupe Nestlé avait été contrainte de modifier ses pratiques pour favoriser une plus grande ouverture du marché hexagonal. Nespresso s’est ainsi engagé à fournir de meilleures informations à ses concurrents concernant les "modifications techniques apportées " à ses machines", rappelle BFM Business.

La marque suisse est surtout engagée dans une (nouvelle) bataille judiciaire avec Ethical coffee company (ECC). Cette société française a fait condamner le géant du café pour "concurrence déloyale" il y a quelques mois et a obtenu 500 000 euros de dédommagement. EDD persiste puisque selon BFM, ce lundi, ECC a annoncé avoir porté plainte contre Nespresso auprès du TGI de Paris, "cette fois pour violation de brevet"." Estimant le préjudice subi à au moins 150 millions d’euros depuis 2010, le groupe précise que 'd’autres actions similaires seront ouvertes dans les différents pays dans lesquels la même violation de brevet a eu lieu'. Et que 'des actions dans d’autres domaines que les brevets sont prévues".

Magic Leap révèle quelques-uns de ses secrets

 

 

C'est l'une des start-up les plus mystérieuses de la Silicon Valley. Magic Leap intrigue avec son projet de "réalité cinématique", dont on n'imagine pas encore très bien ce qu'elle signifie. Mais des brevets publiés récemment par l'entreprise (dans laquelle Google a investi un demi-milliard de dollars) en disent plus sur ses projets. "La technologie optique de Magic Leap, s’appuie sur un guide d’ondes optiques planaires pour orienter la lumière et créer des plans focaux. Des termes complexes qui décrivent un moyen de faire surgir des images virtuelles de façon réaliste dans le monde réel, à des endroits précis dans l’espace, en fonction de ce que regarde l'utilisateur", décrit 01net. "On découvre, avec force dessins et explications techniques, de nombreux scénarios d'usage de la technologie. Motion Leap prévoit aussi bien des applications commerciales, médicales, sportives que de loisirs. En voici des exemples. Lunettes Magic Leap sur la tête, il serait d'abord possible d'interagir de façon naturelle avec la machine. Le brevet imagine divers gestes qui permettent d'effectuer un copier coller, d'appeler des menus contextuels, etc".

Mais aussi

En une d'Aujourd'hui en France : "le casse-tête du compte pénibilité".

 

 

Joli dessin en une du Midi Libre pour illustrer le regain de popularité de François Hollande, en référence à la couverture du dernier Charlie Hebdo.

 

 

Sylvain Arnulf

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle