Les finances au beau fixe, le français Ipsen se renforce dans le traitement du cancer

L’ETI française vient de casser sa tirelire pour s’offrir les droits sur un anticancéreux. Et se rêve une destinée américaine, tout en se cherchant un nouveau numéro 2 pour remplacer Christel Bories.

Partager
Les finances au beau fixe, le français Ipsen se renforce dans le traitement du cancer

Ses médicaments de "spécialité" (Somatuline dans les tumeurs neuroendocrines ; Dysport, le concurrent du Botox ; et Decapeptyl contre le cancer de la prostate) lui ont permis d’enregistrer des résultats 2015 spectaculaires. Le groupe pharmaceutique français Ipsen n’entend pas s’arrêter là.

Il vient de casser sa tirelire en s’emparant des droits, hors Amérique du Nord et Japon, d'un anticancéreux prometteur, le Cabozantinib. Un traitement chèrement payé à la biotech californienne Exelixis : 200 millions de dollars réglés immédiatement, puis 60 millions d’ici la fin de l’année si le produit gagne une nouvelle indication en Europe. Suivi de paiements potentiels pouvant frôler les 500 millions à partir de 2018, en fonction du développement et des futures ventes.

Ne pas s'attaquer frontalement aux géants de la pharma

Dans la course contre le cancer, l’entreprise de taille intermédiaire ne peut pas s’attaquer frontalement aux géants comme le numéro un mondial de l’oncologie Roche, et même le français Sanofi qui ne cache plus ses ambitions. La stratégie d’Ipsen ? "Etre considéré comme un laboratoire référent en matière de niches en oncologie", explique son PDG Marc de Garidel.

Le Cabozantinib est déjà autorisé dans une forme rare du cancer de la thyroïde dont souffrent 1 500 Européens. Mais ce qui intéresse le Français, c’est son potentiel pour traiter – dès l’an prochain s’il est autorisé - le cancer du rein avancé, aux 100 000 malades.

Des thérapies existent déjà, mais elles ne sont efficaces que chez un petit nombre de malades et n’améliorent pas la survie globale à la maladie, assure Marc de Garidel. Il pense avoir mis la main sur une pépite capable de rivaliser ou d’être utilisée avec les prometteurs "immuno-modulateurs" développés par la concurrence. Le Cabozantinib est également testé pour traiter le cancer du foie avancé, touchant 60 000 patients en Europe.

500 à 600 millions d’euros à investir

S’il veut asseoir sa présence aux Etats-Unis, le premier marché pharmaceutique au monde, et atteindre les 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2020, Ipsen devra à nouveau mettre la main au portefeuille, afin de s’offrir les droits sur de nouveaux produits. Il lui reste 500 à 600 millions d’euros à investir, quitte à s’endetter, selon son directeur financier.

Ipsen s'est fait un nom dans la « médecine de spécialité »
Avec un chiffre d'affaires en hausse de 10,4% (à taux de change constants) à1,44 milliard d'euros, Ipsen a connu une belle année 2015. Principalement grâce à la médecine de spécialité, qui représente désormais les trois quarts de ses ventes, en croissance de 14,4%. La médecine générale, avec des médicaments comme le fameux Smecta, chute de 1,1%. Le résultat net d’Ipsen a aussi progressé de 23,7% l’an dernier, à 190 millions d'euros, tandis que sa marge opérationnelle courante atteignait 22,3% du chiffre d'affaires.

Le laboratoire français s’est déjà renforcé outre-Atlantique, où sa filiale, enfin rentable, devrait figurer en tête de ses ventes dès cette année, dépassant ainsi l’Hexagone. Grâce au succès de Somatuline, qui vole des parts de marché au produit du numéro un mondial de la pharmacie, Novartis.

recherche directeur général tres operationnel

Restent plusieurs défis à régler. Améliorer la profitabilité de l’entreprise, pour rejoindre les meilleurs de sa classe, en visant 26% de marge opérationnelle courante en 2020. La clé "du succès et de l’indépendance du groupe à terme", estime Marc de Garidel.

Il doit aussi trouver rapidement un numéro deux, suite au départ surprise il y a quelques jours de Christel Bories, une dirigeante de tête venue de l’industrie lourde. Son successeur aura un tout autre profil. Issu de la pharmacie ou des biotechs, il devra bien connaître l’international et le marché américain. Et briller dans le lancement du Cabozantinib en Europe. Les prétendants sont nombreux, assure Ipsen, mais le chemin est déjà tout tracé.

Gaëlle Fleitour

0 Commentaire

Les finances au beau fixe, le français Ipsen se renforce dans le traitement du cancer

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

NEWSLETTER Santé

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

Dans le Podcast Inspiration, Cyril Bosviel, chef à l'institut Paul Bocuse à Lyon, répond aux questions de Christophe Bys. Il revient sur ses débuts, son parcours de chef cuisinier mais...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Industrie pharmaceutique

VALVES SOUDABLES

OPS PLASTIQUE

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 10/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

78 - St Germain en Laye

Entretien de linge de table dans les bâtiments communaux

DATE DE REPONSE 04/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS