"L’agriculture française est loin d’être réfractaire à la technologie", estime Clarisse Magnin-Mallez (McKinsey)

Le secteur agricole français est trop fragmenté, et pas assez en prise avec les évolutions technologiques et les enjeux environnementaux, regrette le cabinet McKinsey. Dans une étude à paraître ce mois-ci, il distingue douze technologies à même de faire évoluer la demande, d’optimiser la chaîne de valeur, et d’accroître les rendements tout en réduisant l’impact environnemental. L'analyse de Clarisse Magnin-Mallez, directrice associée senior au bureau McKinsey à Paris, directrice du pôle Agriculture France et Biens de consommation en Europe.

Partager
Les drones constituent l'un des leviers de modernisation de l'agriculture.

L'Usine Nouvelle - Pourquoi l’agriculture française doit-elle accélérer sur sa transition écologique et numérique ?

Clarisse Magnin-Mallez — En France, nous avons un terreau agricole ancestral de grande qualité, mais aussi un large vivier de start-up avec la French Tech. Cette combinaison unique représente une opportunité pour l’avenir de l’agriculture française. Sur les douze technologies de rupture que nous avons identifiées, seulement 35% sont intégrées aux différents plans de filière soumis suite aux Etats généraux de l’alimentation, ce qui laisse un large potentiel de développement.

À LIRE AUSSI

[Etats Généraux de l'Alimentation] Comment Emmanuel Macron espère casser la guerre des prix

Par ailleurs, notre agriculture doit trouver une manière de se différencier et rester compétitive, compte tenu de sa fragmentation comparativement plus élevée que les autres grandes puissances agricoles mondiales : 70 % de la production agricole en France est effectuée sur une surface moyenne de 120 hectares (ha) contre 800 ha au Brésil, 900 ha aux Etats-Unis et 1200 ha au Canada.

Comment les professionnels de l’agroalimentaire peuvent-ils mieux répondre aux attentes des consommateurs ?

Nous observons une décélération de la consommation de viande et de certains produits laitiers, que les consommateurs cherchent à substituer par des produits alternatifs à forte teneur protéique. Par ailleurs, les technologies de détection alimentaire (les applications qui renseignent sur la composition d’un produit) figurent également parmi les priorités d’investissement, tout comme les efforts réalisés en direction d’une nutrition plus personnalisée. Nous ne sommes qu’aux tout débuts de l’adoption de ces innovations.

Quels freins s’opposent au déploiement de nouvelles technologies ?

L’agriculture française est loin d’être réfractaire à la technologie. Toutefois, dans un secteur où il reste difficile d’extraire des marges, les investissements nécessaires demeurent un obstacle majeur, même si les coûts technologiques diminuent. Nous sommes convaincus que la France conservera une diversité d’agricultures, de la petite exploitation bio à la grande exploitation plus conventionnelle.

À LIRE AUSSI

Vers une démocratisation rapide de la blockchain en France?

En revanche, elles devront toutes rassurer un consommateur toujours plus méfiant, et la blockchain constitue un levier prometteur pour cela. Par ailleurs, on n’a pas défriché tout le potentiel de l’agriculture de précision. Enfin, si beaucoup d’acteurs des filières végétales ont réalisé de belles avancées sur les protéines alternatives, pour les filières animales, des contraintes réglementaires et une plus forte difficulté à exploiter les nouvelles technologies pourraient retarder leur adoption. Nous envisageons le déploiement de ces technologies à l'horizon 2030.

Pourquoi appelez-vous les acteurs de la filière à collaborer davantage ?

Les filières agricoles sont prêtes à s’adapter aux défis économiques et environnementaux, mais ont besoin de capitaliser davantage sur leur écosystème. Nous avons des acteurs agricoles plus petits, en termes de capitalisation, que d’autres pays. Cette fragmentation encourage moins la prise de risques. Comparativement, beaucoup d’exploitants canadiens, américains, brésiliens ont pris de l’avance. Le chiffre d’affaires combiné des trente premiers acteurs de l’agroalimentaire français dépasse à peine 100 milliards d’euros par an, quand Nestlé seul est à 80 milliards ! Essayons de faire de la France un pays pionnier en matière d’agriculture.

*Les protéines dites alternatives, les technologies de détection alimentaire, la nutrition personnalisée, les services mobiles, le big data, l’internet des objets, la blockchain, le renforcement des travaux sur la génétique, l’agriculture de précision, la microbiotique, le biocontrôle et les énergies renouvelables.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Matières Premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Consultant Transition Energétique du Maritime (F/H)

BUREAU VERITAS - 19/01/2023 - CDI - Nantes

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

976 - DEAL DE MAYOTTE

Le transport des personnels de la DEAL de Mayotte.

DATE DE REPONSE 22/02/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS