L'Usine Matières premières

Les filiales allemandes de Recylex en redressement judiciaire

Myrtille Delamarche , , , ,

Publié le

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

Le sous-groupe allemand de Recylex a annoncé le 14 mai avoir déposé le bilan et demandé l’ouverture d’une procédure de sauvegarde pour ses différentes entités, après avoir suspendu la cotation du groupe. Les sociétés françaises de Recylex ne sont pour l'instant pas concernées par cette procédure, mais les défis restent importants.

Les filiales allemandes de Recylex en redressement judiciaire
Recylex a ouvert une procédure collective de sauvegarde de ses filiales allemandes, sans grand espoir sur le recyclage du zinc mais en espérant préserver le recyclage du plomb.

Le groupe Recylex, spécialiste du recyclage du plomb et du zinc qui se bat pour sa survie depuis des années, pourrait être l’une des premières victimes industrielles du SARS-CoV-2. La chute des cours du zinc a douché les espoirs de redressement de Harz-Metall GmbH, provoquant une réaction en chaîne dans le sous-groupe allemand de Recylex.

Après avoir suspendu la cotation du groupe sur Euronext Paris, Recylex a indiqué le 14 mai que ses filiales allemandes Weser-Metall GmbH (fonderie de plomb), Harz-Metall GmbH (recyclage de batteries au plomb et production d'oxydes de zinc secondaires Waelz), Norzinco GmbH (oxydes et poussières de zinc recyclé) et PPM Pure Metals GmbH (métaux spéciaux) avaient chacune déposé une demande d’ouverture d’une procédure dite de "bouclier de protection". Intervenant juste après le dépôt de bilan mais avant la cessation des paiements, cette première étape du droit allemand gèle les poursuites des  créanciers de l’entreprise, qui doit présenter un plan de redressement crédible et voit sa gestion confiée à un administrateur.

Les autres entités allemandes du groupe, Recylex GmbH, C2P Germany GmbH (recyclage de plastique) et Recylex Grundstücksverwaltungsgesellschaft mbH (gestion des actifs immobiliers), ont déposé une demande de "gestion directe", dans laquelle le dirigeant conserve la gestion de l’entreprise tout en bénéficiant de certains pouvoirs de l’administrateur judiciaire.

Effondrement des cours du zinc

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte