Les femmes ingénieures ont tout à gagner des tensions actuelles sur le marché de l'emploi, selon Michael Page

Pour Fatine Dallet, directrice senior chez Michael Page en charge du recrutement des ingénieurs, les femmes souffrent encore dans les environnements de travail très masculins. Mais elle observe les efforts des recruteurs et un changement d'état d'esprit chez les candidates.

Partager
Les femmes ingénieures ont tout à gagner des tensions actuelles sur le marché de l'emploi, selon Michael Page
Les lauréates du Trophée des femmes de l'industrie 2018, un événement organisé depuis plusieurs années par L'Usine Nouvelle

Malgré la féminisation progressive des métiers de l'ingénieur, les femmes continuent à faire face à des discriminations sur la base de leur genre, et ne s'autorisent pas toujours toutes les pistes de carrières. Fatine Dallet, directrice senior chez Michael Page en charge du recrutement des ingénieurs, elle-même ancienne ingénieure, est bien placée pour observer le phénomène. Elle fait le point pour l'Usine Nouvelle sur les progrès de ces dernières années et sur le chemin restant à parcourir.

L'Usine Nouvelle - Constatez-vous qu'il est encore aujourd'hui plus difficile pour les femmes de se faire une place dans les métiers d'ingénieurs ?

Fatine Dallet : Oui, les femmes nous en parlent parfois en entretien. Elles partagent avec nous leurs doutes sur leur capacité à bien le vivre, ou leur peur d'être pénalisées dans leur carrière. Beaucoup en souffrent. Il arrive que ce soit la raison pour laquelle elles quittent leur entreprise. Les femmes dans les industries très masculines vivent souvent des intimidations ou des remarques sexistes lors de leur intégration, surtout si elles managent des équipes. Elles sont très testées au départ. Pour réussir, il faut une vraie motivation et savoir s'imposer. C'est le profil des candidates qui postulent dans ces environnements-là. Souvent, ce sont des personnalités très affirmées.

Voyez-vous les choses évoluer malgré tout ?

Heureusement oui. Il y a dix ans, nous avions tendance à forcer les processus de recrutement des femmes. Les recruteurs nous disaient qu'elles n'allaient pas s'adapter. A force, ils ont vu que cela fonctionnait bien, que cela créait un équilibre et une complémentarité. Aujourd'hui ils veulent plus de mixité, et pour cela se fixent des objectifs de parité. Par ailleurs, on observe que les plus jeunes appréhendent moins d'intégrer l'industrie, grâce à la communication faite pour attirer les talents. Le contexte de marché aide aussi énormément les entreprises à travailler sur leur attractivité, étant donné la pénurie de compétences sur le marché de l'emploi cadre.

Comment font les entreprises pour atteindre ces objectifs de parité ? Faut-il en passer par la discrimination positive ?

Ils se traduisent avant tout dans la communication et dans la culture d'entreprise, pas dans les choix au niveau des short-lists. Les entreprises développent, par exemple, du storytelling sur les réseaux sociaux, créent des réseaux féminins, sollicitent les associations pour aller chercher des profils féminins… Mais la discrimination positive, je n'ai jamais vu ça. On reste toujours sur des recrutements basés sur les compétences. Les entreprises travaillent aussi sur la progression au mérite et les inégalités salariales, ainsi que sur des politiques de rétention des talents féminins.

Cela fonctionne-t-il ?

Sur l'ensemble des postes d'ingénieurs, nous recevons environ 25% de candidatures de femmes, soit une proportion similaire à leur présence dans les écoles d'ingénieurs. Mais il y a beaucoup plus de candidates sur des postes en R&D, qualité, hygiène et sécurité, que dans l'industrie lourde, la technologie ou le management opérationnel en usine.

Propos recueillis par Raphaële Karayan

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Chargé de Certification Clients Production Bio (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 21/01/2023 - CDD - Valence

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

94 - St Maur des Fosses

Prélèvements et analyses microbiologiques pour les unités de restauration

DATE DE REPONSE 07/03/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS