Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

Les fabricants français de machines agricoles à la peine

, ,

Publié le

Pour 2016, le chiffre d’affaires des fabricants français d’agroéquipements devrait baisser d’1,8 %, selon Axema, l’union des industriels de l’agroéquipement. Avec des entreprises de trop petite taille et des marges et des investissements en baisse, l’heure n’est pas à l’optimisme.

Les fabricants français de machines agricoles à la peine © Claas

Pour la deuxième année consécutive, le chiffre d’affaires des fabricants de machines agricoles en France est en baisse. Le rattrapage, suite à la forte baisse des années 2009 et 2010, est bien terminé et le pic de 2008 n’est plus qu’un lointain souvenir. Le marché des agroéquipements s’est élevé en France à 5,4 milliards d’euros (-3,6 %) et le tassement va se poursuivre en 2016, selon des estimations d’Axema, l’union des industriels de l’agroéquipement, avec un chiffre d’affaires prévu de 5,3 milliards d’euros.

Les industriels français ne peuvent plus compter sur un climat des affaires mondiales favorable. Avec la baisse des marchés américain et européen, la chute du Brésil et la moindre croissance de la Chine ont pesé sur la conjoncture. En France, après une année 2015 beaucoup moins mauvaise qu’annoncée, 2016 devrait voir une croissance de 3% des exportations. Mais avec des importations croissant encore plus, de 4%, la production française reculerait encore, de -4%, à 4,1 milliard d'euros, estime Axema.

Faible effet des aides de l’État

Axema pointe du doigt la structure des entreprises françaises, dont les trois quarts réalisent un chiffre d’affaires inférieur à 30 millions d’euros, là où les ETI allemandes prospèrent. Deux évolutions poussent à un certain pessimisme. D'une part, les marges des entreprises françaises d’agroéquipements ne cessent de se réduire. D’autre part, les grandes entreprises baissent globalement leurs investissements, signe de leur inquiétude face à la conjoncture à venir.

Le CICE n’a pratiquement aucun effet sur les agroéquipementiers et la mesure de suramortissement de la loi Macron n’a pas fait de miracles. Le coup de pouce constaté sur les ventes pourrait n’être qu’en grande partie dû qu’à une anticipation d’investissements prévus pour 2017 ou 2018.

Patrice Desmedt

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle