Les exports de céréales plombés... par les perturbations du rail

Déjà en difficulté face à la concurrence russe et ukrainienne, les exportations françaises de céréales sont aussi handicapées par des problèmes logistiques, dont la longue grève perlée du trafic ferroviaire qui commence ce mardi 3 avril.

Partager
Les exports de céréales plombés... par les perturbations du rail
Déjà en difficulté face à la concurrence russe et ukrainienne, les exportations françaises de céréales sont aussi handicapées par des problèmes logistiques, dont la longue grève perlée du trafic ferroviaire qui commence ce mardi 3 avril. /Photo d'archives/REUTERS/Pascal Rossignol

Déjà en difficulté face à la concurrence russe et ukrainienne, les exportations françaises de céréales sont aussi handicapées par des problèmes logistiques, dont la longue grève perlée du trafic ferroviaire qui commence ce mardi 3 avril. Plus de la moitié des contrats signés impliquant une logistique ferroviaire pourraient ne pas être honorés en raison de ce mouvement social annoncé pour trois mois par les syndicats de la SNCF.

S'ajoutent des problèmes logistiques fluviaux en raison des fortes pluies survenues depuis le début de l'année et de travaux sur différents canaux. Les camions, qui représentent la majorité du transport de céréales, sont quant à eux saturés et ne peuvent compenser les problèmes rencontrés par le fret fluvial et ferroviaire.

Depuis plusieurs années, les entreprises de transport routier sont attirées par des activités plus rentables que l’agriculture, comme le transport de gaz. "Ce n'est pas élastique la logistique, on ne remplace pas en un claquement de doigt un camion par un train", explique un courtier interrogé par Reuters. "Des opérateurs peuvent avoir un surcoût logistique de 2 à 4 euros la tonne, c'est colossal."

UNE CAMPAGNE DÉJÀ MAL ENGAGÉE

Pour atteindre ses objectifs d'exportation de céréales, la France devait accélérer la cadence lors des trois derniers mois de cette campagne 2017/2018, mais la tâche paraît de plus en plus ardue. Après une année 2016/2017 noire pour les exportations françaises de céréales en raison d'événements climatiques, l'année 2017/2018 devait être l'année de la reconquête des parts de marché perdues.

Las ! Les exports français font grise mine et sont en retard par rapport à leurs objectifs. De 10,2 millions de tonnes au début de la campagne, les exports vers les pays tiers ont été abaissés à 8,5 millions de tonnes par l'organisme public FranceAgriMer. La faute à des exportations de céréales record de Russie et d'Ukraine, qui concurrencent les céréales françaises même sur les marchés historiques du Maghreb et d'Afrique subsaharienne.

"Nos clients se sont tournés vers d'autres origines puisqu'on ne peut plus alimenter les ports. A cause de la logistique, on va perdre des parts de marché cette année", estime le même courtier.

Résultat, malgré trois mois de campagne restants, les différents acteurs pensent déjà à l'année prochaine. "Je crains qu'on tire peu à peu le rideau sur l'origine France sur cette campagne. Le stock de report s'organise contraint et forcé." Signe de cette faiblesse logistique, les reports de stocks sont attendus à la hausse et principalement dans les régions agricoles éloignées des ports français, comme le Loiret ou la Bourgogne.

(avec Reuters: Clement Rouget, édité par Dominique Rodriguez)

0 Commentaire

Les exports de céréales plombés... par les perturbations du rail

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Matières Premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

Dans le Podcast Inspiration, Cyril Bosviel, chef à l'institut Paul Bocuse à Lyon, répond aux questions de Christophe Bys. Il revient sur ses débuts, son parcours de chef cuisinier mais...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 10/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS