Les exportations industrielles s’essoufflent au 1er semestre

Au cours des deux derniers trimestres 2011, les échanges industriels ont piétiné. Notamment dans l’aéronautique, l’électronique et l’informatique où les ventes marquent le pas. État des lieux secteur par secteur.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les exportations industrielles s’essoufflent au 1er semestre

37,5 milliards d’euros. C’est le déficit industriel au premier semestre 2011 annoncé par les Douanes le 5 août. Un déficit accru de 10 milliards par rapport aux six mois précédents (-27,6 milliards). Alors que la reprise semblait s'annoncer il y a un semestre, que s’est-il passé pour que l’industrie hexagonale soit à ce point déficitaire ?

La croissance des exportations ralentit à 2,8% sur l’ensemble du semestre, soit en-dessous du niveau d’avant-crise. Une douche froide après la croissance de 7,8% du deuxième semestre 2010.

En parallèle, la progression de l’importation est soutenue. En cause, le surcoût des achats énergétiques :

La facture énergétique pèse lourdement dans la balance commerciale. Elle a atteint son niveau historique de 30,4 milliards d’euros, soit 5,6 milliards d’euros de plus qu’au semestre précédent. Les importations énergétiques en valeur enregistrent une poussée de +22,9%, liée surtout au prix du baril de pétrole (+37%).

Ce surcoût est loin d’être compensé par les secteurs qui permettent traditionnellement à la France de rééquilibrer partiellement la balance comme dans l’électronique et l’informatique. Au dernier semestre de 2010, l'économie française était excédentaire de 15,5%. Sur les six derniers mois, elle est devenue déficitaire de 1,4%. Par exemple, les téléphones mobiles et les ordinateurs se vendent moins bien. Parallèlement, les clients traditionnels de la France, l'Allemagne et l'Italie, achètent moins de composants et de cartes électroniques.

Mais les exportations sont surtout freinées par l’aéronautique. Alors qu'Airbus criait victoire au salon du Bourget fin juin à chaque contrat signé, les ventes de l’industrie aéronautique et spatiale reculent de 3,4% contre une augmentation de 6% fin 2010.

Autre déception : l’industrie pharmaceutique. L’excédent est à son plus bas niveau avec 0,8 milliard d’euros. Soit deux fois moins qu’au semestre précédent.

Heureusement, le bilan a ses zones de lumières aussi. Les échanges dans le secteur automobile sont encore dynamiques. L’industrie fortement touchée par la crise de 2009 a joué un rôle moteur dans la reprise de 2010 grâce au dispositif de prime à la casse mis en place dans la majorité des pays industrialisés. Au premier semestre 2011, les échanges bénéficient encore des commandes passées fin 2010 et honorées en début d’année. Toutefois, les échanges semblent marquer le pas au semestre qui commence.

Autre secteur dynamique : l’industrie agroalimentaire (IAA). Les ventes de ces produits augmentent de 6,3%. Avec les produits agricoles, l’excédent s’améliore d’un milliard pour atteindre 5,5 milliards d’euros.


Grands contrats

Le tableau est nuancé mais le chiffre de 37,5 milliards d'euros de déficit apporte un lourd doute sur l’avenir de la reprise industrielle. Néanmoins, de beaux contrats ont été signés ces derniers six mois, principalement dans l’aéronautique :


Juin 2011    
    * Livraison de 27 airbus pour 2 036 millions d'euros.
    * Exportation d'un satellite pour 136 millions d'euros.
    *  Envoi, pour plus de 100 millions d'euros, de principes actifs pharmaceutiques en Pologne.


Mai 2011  
  
    * Livraison de 21 Airbus pour 1 334 millions d'euros.
    * Importation de 2 avions gros porteurs pour 347 millions d'euros.


Avril 2011
   
    * Livraison de 26 Airbus pour 1 702 millions d'euros.
    * Importation d'avions gros porteurs pour 402 millions d'euros.
    *  Achat de porte-conteneurs pour 182 millions d'euros.
     * Hausse des importations de produits pétroliers raffinés.


Mars 2011
   
    * Livraison de 24 Airbus pour 1 895 millions d'euros.
    * Importation d'éléments d'un satellite pour 90 millions d'euros.


Février 2011    
    * Livraison de 23 Airbus pour 1 522 millions d'euros.
    * Forte hausse des achats de produits chimiques destinés à l'industrie pharmaceutique.


Janvier 2011
   
    * Livraison de 16 Airbus pour 1 141 millions d'euros.
    * Achat d'avions gros porteurs pour 178 millions d'euros.

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS