Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

Les exportations françaises de blé repartent à la hausse en 2018

Franck Stassi , ,

Publié le

A l’approche de la fin de la campagne commerciale, les responsables de la filière céréalière affichent leur optimisme quant aux exportations de blé, malgré l’essor des exportations russes.

Les exportations françaises de blé repartent à la hausse en 2018 © Flickr/cc Vikum Saunders

La campagne commerciale céréalière française, qui se déroule jusqu’au 30 juin, s’achève mieux qu’elle n’a commencé. Après une récolte 2016 au plus bas, sécheresse oblige, le rebond des disponibilités (+19,1%, à 36,3 millions de tonnes) a permis d’irriguer l’Union européenne (+44,9%, à 9,072 Mt exportées) et les pays-tiers (+69%, à 8,4 Mt exportées). Des chiffres qui contrastent avec la communication alarmiste de ces derniers mois, face à la vague russe de céréales (40 Mt exportées par le pays durant la campagne, un record), qui a dépassé le seul premier semestre comme à l’accoutumée.

Les exportations se sont accélérées en avril sous l’effet d’une baisse des volumes russes, fin de campagne oblige, et d’un regain de compétitivité des céréales françaises, en raison de la baisse de l’euro par rapport au dollar. "Cela devrait redonner de la compétitivité à nos exportations dans les semaines et les mois à venir. La Banque centrale européenne a confirmé fin avril le maintien des taux d’intérêt proches de zéro aussi longtemps que nécessaire. On peut interpréter cette position comme un signal fort de soutien, sur le plan monétaire, à l’économie européenne", observe Marc Zribi, chef de l’unité Grains et sucre à l’établissement public France AgriMer.

En termes de transport de céréales, le soulagement est de mise quant à la situation du fret. "Les volumes ont été honorés à l’exportation. Par contre, des problématiques fortes de coûts se posent, notamment sur le transport routier", précise le président du conseil spécialisé Céréales de France AgriMer, Rémi Haquin. Des plans mis en place en région entre les pouvoirs publics, grâce à des cellules placées sous l’autorité de certains préfets, et Fret SNCF ont permis de trouver des sillons de transport au cas-par-cas, essentiellement pour des circulations intra-régionales. France AgriMer compte pour sa part chiffrer les surcoûts engendrés par la grève et les reports sur le transport par camions.

Les surfaces de blé dur baissent encore en France

La surprise est également de mise sur le blé dur, avec une hausse de 51,7% des volumes exportés en 2017-2018. Ils se sont appréciés de 58,2%, à 330 000 tonnes, vers l’Union européenne, et de 46,9%, à 1,5 Mt, vers les pays tiers. Toutefois, la nouvelle baisse prévue des surfaces semées en France (361 Mt en 2018-2019, en repli de 2%) suscite la déception des responsables de la filière, qui ont mené ces dernières années de nombreuses actions pour redonner envie aux agriculteurs de s’y impliquer. "Nous sommes déçus que la France ne remonte pas plus en surfaces, car il y a de l’attente en Europe ! En termes qualitatifs, c’est plus risqué que le blé tendre. Il y a un problème sur les grandes cultures en région Provence-Alpes-Côte d’Azur, où les surfaces baissent", regrette Rémi Haquin.

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle