Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Les exportateurs de pétrole ne se sont pas encore remis du choc de 2014 selon le FMI

, , , ,

Publié le , mis à jour le 11/02/2019 À 07H26

Selon Christine Lagarde, directrice du Fonds monétaire international (FMI), les pays exportateurs de pétrole ne se sont pas encore remis du spectaculaire choc pétrolier de 2014. Le 9 février, elle a mis en garde ces pays contre la tentation de favoriser des projets trop ambitieux.

Les exportateurs de pétrole ne se sont pas encore remis du choc de 2014 selon le FMI
Selon Christine Lagarde, directrice du Fonds monétaire international (FMI), les pays exportateurs de pétrole ne se sont pas encore remis du spectaculaire choc pétrolier de 2014. REUTERS / Arnd Wiegmann
© Arnd Wiegmann

Les pays exportateurs de pétrole ne se sont pas encore totalement remis du spectaculaire choc pétrolier de 2014, a déclaré samedi 9 février la directrice du Fonds monétaire international (FMI), et doivent donc se garder de financer des projets trop ambitieux.

"Avec la baisse des recettes, les déficits publics ne diminuent que lentement, en dépit des réformes significatives à la fois sur la partie dépenses et la partie recettes, qui inclut notamment l'introduction de la TVA", a dit Christine Lagarde lors d'une conférence à Dubai.

"Cela a conduit à une forte hausse de la dette publique, de 13% du PIB en 2013 à 33% en 2018", a-t-elle ajouté.

Mise en garde contre la tentation de favoriser des projets trop ambitieux

Selon Christine Lagarde, l'incertitude qui entoure les perspectives de croissance des exportateurs de pétrole s'est aussi traduite par une accélération dans certains pays de la transition vers les énergies renouvelables au cours des décennies passées, en ligne avec les préconisations de l'accord de Paris sur le changement climatique.

Il reste cependant au Moyen-Orient, où "le court-termisme et le déficit de crédibilité" constituent des points faibles, une marge pour améliorer les structures budgétaires, a-t-elle ajouté.

Elle a ainsi mis en garde contre la tentation des gouvernements de la région de favoriser des projets trop ambitieux, au lieu d'investir dans les ressources humaines et le potentiel productif.

L'Arabie saoudite compte par exemple donner son feu vert à trois méga-projets, dont NEOM, une zone économique de 500 milliards de dollars.

Protéger les priorités politiques de la volatilité des cours des matières

Selon Christine Lagarde, il est fréquent que les fonds souverains financent directement des projets, échappant ainsi aux processus budgétaires normaux. Elle préconise à la place de suivre l'exemple de pays riches en ressources naturelles comme le Chili ou la Norvège. Ceux-ci appliquent les règles budgétaires communes pour protéger leurs priorités politiques, comme les dépenses sociales, de la volatilité des cours des matières.

Par ailleurs, si la croissance a redémarré chez les pays pétroliers du Moyen-Orient, elle reste bien inférieure à son niveau d'avant la dernière crise financière mondiale, a ajouté la directrice du FMI.

Avec Reuters (Lisa Barrington, Davide Barbuscia, Asma Alsharif et Saeed Azhar, avec Gilles Guillaume pour le service français)

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle