Les exportateurs allemands optimistes pour 2015 malgré la Russie

BERLIN (Reuters) - Les exportations allemandes devraient augmenter de 4% en 2015 en dépit des sanctions contre la Russie qui sont parties pour durer et pourraient même s'intensifier, a estimé mercredi la fédération BGA qui regroupe les entreprises exportatrices.

Partager

L'Allemagne est le principal partenaire commercial de la Russie dans l'Union européenne qui, avec les Etats-Unis, a imposé des sanctions financières et économiques contre Moscou à la suite de la crise ukrainienne.

Les exportations allemandes vers la Russie ont baissé de 16,6% sur les huit premiers mois de l'année, à 20,3 milliards d'euros, et leur contraction devrait être plus importante encore sur l'ensemble de 2014.

"Les sanctions vont rester en place pendant longtemps, on ne pourra pas s'en défaire et elles risquent même de se durcir", a déclaré Anton Börner, le président de la BGA.

Les entreprises allemandes ont déjà constaté une baisse d'un tiers de leur volume d'activité avec la Russie et ce déclin devrait se poursuivre l'an prochain, a-t-il ajouté, tout en jugeant les sanctions contre Moscou nécessaires.

Même si la croissance de l'économie allemande a ralenti cette année, ses exportations demeurent robustes. La BGA maintient sa prévision d'une hausse de 3% des exportations en 2014.

Les importations devraient augmenter de 2% cette année, moins rapidement que les exportations, ce qui va gonfler l'excédent commercial pour le porter à 212,5 milliards d'euros. La croissance des importations devrait être de 3,5% en 2015.

"Malgré la multitude de crises politiques et de risques économiques, nous jugeons positivement les développements économiques mondiaux", a dit Anton Börner.

Le président de la BGA a toutefois averti que l'Allemagne voyait sa part dans les exportations mondiales diminuer. Les exportations allemandes ne représentaient plus en 2013 que 7,7% de l'ensemble des exportations mondiales, contre 9,9% une décennie plus tôt. Le coût élevé de l'énergie et la hausse constante du coût du travail sont des contraintes pour les exportateurs, a jugé Anton Börner.

La BGA représente environ 120.000 entreprises pour un chiffre d'affaires annuel cumulé de 1.800 milliards d'euros.

(Rene Wagner, Bertrand Boucey et Véronique Tison pour le service français, édité par Juliette Rouillon)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS