Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Les experts de l'Usine] Les salariés sont-ils formés pour faire face à la quatrième révolution industrielle ?

,

Publié le

La métaphore est usée : la donnée sera l'or noir du 21e siècle. Encore faut-il former les salariés à bien les lire et les utiliser, estime Angelica Reyes, Directrice marketing France chez Qlik. La datalphabétisation est nécessaire pour que la quatrième révolution industrielle produise tous ses effets. 

[Les experts de l'Usine] Les salariés sont-ils formés pour faire face à la quatrième révolution industrielle ?
Toutes ces données sont au coeur de l'industrie de demain

L’explosion du volume de données et la convergence des nouvelles technologies telles que la robotique, et l’intelligence artificielle, induisent de fait, une 4ème révolution industrielle qui va bouleverser en profondeur l’industrie telle que nous la connaissons. Au-delà de l’aspect technologique, l’impact économique et sociologique sera immense. A titre d’exemple, Capgemini estime que l'usine du futur pourrait rapporter entre 500 et 1 500 milliards de dollars supplémentaires à l'économie mondiale dans les cinq prochaines années . Cependant, ces évolutions risquent de se faire au détriment de certains salariés dont le travail est en passe d’être automatisé. McKinsey Global Institute estime entre 400 millions et 800 millions le nombre de personnes qui vont être amenées à changer d'emploi d'ici à 2030 . Pour éviter l’écueil d’une société à 2 vitesses et surtout rester compétitives, les entreprises, mais aussi  les gouvernements, doivent se préparer efficacement pour entrer dans l’ère de l’industrie 4.0.

Si la France se classe 14ème parmi les pays les plus aptes à embrasser la 4ème révolution industrielle selon un rapport du Forum économique mondial, elle doit maintenir ses investissements pour rester dans la cadence. Or contrairement à  l’investissement technologique dont la nécessité ne fait aucun doute, celui sur « l’humain » est tout aussi impératif. L’apprentissage du langage des données sera un des prérequis de réussite dans cette nouvelle ère. Comprendre les données pour expliquer l’avenir, exploiter les données pour rester compétitif, remettre en cause et questionner les données pour éradiquer les fake news et faire le tri face à la masse grandissante d’informations.

À l’heure actuelle, les compétences relatives aux données ne tiennent qu’à quelques individus. Les data scientists, les experts du big data et IT sont presque les seuls à pouvoir se targuer d’un haut niveau de datalphabétisation. Il est essentiel que la maîtrise des données soit élargie et rendue accessible à tous par l’entreprise, l’objectif n’étant pas, cependant, de faire de tout un chacun un data scientist.

Un investissement, pas une dépense

Si 98% des décideurs d’entreprise à l’échelle mondiale reconnaissent l’importance du rôle des données dans les prises de décision actuelles de leur entreprise, ils sont seulement 34% à proposer des formations de datalphabétisation et seuls 17% des chefs d’entreprise déclarent encourager leurs salariés à gagner en compétences dans ce domaine . La raison de ce faible taux ? Certaines entreprises considèrent qu’accompagner leurs salariés dans leur montée en compétences face aux données est avant tout une contrainte financière. À ceci s’ajoute la crainte que ces derniers, une fois formés à grand frais, partent finalement chez un concurrent C’est d’ailleurs, parfois le cas parmi les employés de la jeune génération, moins enclin à faire toute leur carrière au sein d’une même entreprise. Mais la datalphabétisation des salariés est, d’ores et déjà, et sera un des axes contribuant à la compétitivité des entreprises qui pourra même aller jusqu’à en améliorer la valeur. Ainsi, les grandes entreprises qui s’engagent en faveur d’une meilleure maîtrise des données pourraient voir leur valeur passer de 320 à 534 millions de dollars (valeur marchande totale de l’entreprise).

Bien évidemment, investir dans la formation en data literacy ne suffit pas à répondre complètement aux exigences de la quatrième révolution industrielle. C’est pourquoi il est important que les entreprises définissent un cadre incorporant à la fois vision et plan stratégique pour atteindre de véritables objectifs de datalphabétisation.

Trois piliers 

Pour ce faire, il faut envisager les trois piliers de la data literacy : la compréhension des données, leur utilisation à des fins décisionnelles, et leur exploitation généralisée au sein de l’entreprise. Relever ce défi nécessite des impulsions au plus haut niveau de la hiérarchie, où les mesures prises permettront de contribuer plus largement à la démocratisation de la culture de la donnée.

Cette quatrième révolution industrielle s’annonce source d’opportunités pour les salariés et les entreprises d’un point de vue éducatif et financier. Il y a pour les premiers une opportunité à saisir d’étendre leurs compétences, notamment avec la datalphabétisation ; tandis que les dirigeants doivent prendre conscience des opportunités commerciales qui seront générées suite aux investissements en formation sur l’exploitation des données.

 

Angelica Reyes, Directrice marketing France chez Qlik.

Les avis d'experts sont publiés sous la responsabilité de leurs auteurs et n'engagent en rien la responsabilité de la rédaction de L'Usine Nouvelle. 

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle