Les ex-dirigeants du Tigré disent contrôler Mekelle, le gouvernement propose un cessez-le-feu

(Reuters) - L'ancien parti au pouvoir dans le Tigré a dit lundi avoir repris le contrôle de Mekelle, la capitale de cette région au centre d'un conflit qui l'oppose depuis l'automne dernier au gouvernement d'Addis-Abeba qui a unilatéralement décrété un cessez-le-feu avec effet immédiat.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les ex-dirigeants du Tigré disent contrôler Mekelle, le gouvernement propose un cessez-le-feu
L'ancien parti au pouvoir dans le Tigré a dit lundi avoir repris le contrôle de Mekelle (photo), la capitale de cette région au centre d'un conflit qui l'oppose depuis l'automne dernier au gouvernement d'Addis-Abeba qui a unilatéralement décrété un cessez-le-feu avec effet immédiat. /Photo d'archives/REUTERS/Maggie Fick

"Mekelle, la capitale du Tigré, est entre nos mains", a déclaré à Reuters Getachew Reda, porte-parole du TPLF (Front de libération du peuple du Tigré).

Le gouvernement éthiopien dit avoir accepté un cessez-le-feu à la semaine de l'exécutif par intérim qu'il a désigné pour administrer la région.

"Ce cessez-le-feu unilatéral prend effet aujourd'hui, 28 juin 2021 et il restera en place jusqu'à la fin de la saison des récoltes (prévue en septembre NDLR)", dit un communiqué diffusé par le gouvernement fédéral.

Selon plusieurs témoins, des hommes vêtus d'uniformes du TPLF ont pris position autour d'un monument dédié aux Martyrs, situé dans l'ouest de la ville, tandis que des civils sont descendus dans les rues pour laisser éclater leur joie, certains d'entre eux tirant même des feux d'artifice.

Les habitants sollicités par Reuters ont dit ne pas avoir été témoins de combats dans le centre de la ville mais si cette prise se confirmait, elle s'inscrirait dans le contexte de récente escalade des combats entre forces gouvernementales et membres du TPLF dans les environs.

Antonio Guterres a dit s'être entretenu avec le Premier ministre Minister Abiy Ahmed et "espérer que soit mise en place une véritable cessation des hostilités".

"Il est essentiel que les civils soient protégés, que l'aide humanitaire parvienne à la population qui en a besoin et qu'une solution politique soit trouvée."

Addis-Abeba a proclamé fin novembre sa victoire contre le TPLF, après plusieurs semaines de combats qui ont fait des milliers de morts, deux millions de déplacés et provoqué une crise humanitaire.

Mais le conflit persiste et des affrontements continuent d'opposer régulièrement l'armée éthiopienne aux rebelles du TPLF.

MSF a annoncé la semaine dernière que trois de ses employés avaient été tués par des inconnus dans cette région.

(Rédigé par Maggie Fick et Alexandra Zavis; version française Nicolas Delame, édité par Bertrand Boucey)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS