Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les étudiants se mobilisent pour l'emploi

, , ,

Publié le

Emploi-Pro L'agence La Manu veut rapprocher étudiants des universités et entreprises. Pour son lancement, cette nouvelle association a mobilisé tous azimuts.

Les entreprises citées

Ce n'est pas l'enthousiasme qui manquait jeudi 6 novembre lors du lancement de l'agence La Manu (www.la-manu.fr) à la cité des métiers de la Villette (Paris XVIII). Dans une ambiance mêlant la fièvre d'une AG étudiante et le professionnalisme d'une émission de télévision, des intervenants de tous horizons (universitaires, entreprises, étudiants et politiques) se sont succédé pendant près de 3 heures.

La Manu a un objectif : « fabriquer le lien entre les étudiants et les entreprises ». C'est même son slogan. Un projet que l'association décline en faisant découvrir aux étudiants le monde de l'entreprise ou en invitant les entreprises à venir dans les universités, en promouvant la création ou la reprise d'entreprises par des jeunes. « Ce projet est le chainon qui nous manquait entre les universités et les entreprises. Ensemble nous pouvons faire tomber les préjugés de part et d'autre »,s'enthousiasme Lucie Caubel, directrice du développement de l'Association nationale des directeurs des ressources humaines (ANDRH).

De nombreuses raisons expliquent que les deux univers se soient longtemps regardés comme des chiens de faïence. L'Université, comme le précise Guillaume Houzel, président de l'observatoire de la vie étudiante, a longtemps été « une école professionnelle pour former des chercheurs ». Pour le monde de l'entreprise, l'Université manque de lisibilité. On y trouve le meilleur et le pire, à tel point que certaines entreprises préfèrent ne pas en pousser la porte. Celles qui l'ont fait ne le regrettent pourtant pas. Ainsi, Olga Koenig, responsable des relations avec les universités de Danone, confie : « notre croissance future passe par l'innovation. Et on n'innove pas avec des profils similaires ». A l'université, on vient chercher des candidats ayant de la personnalité, des étudiants qui ont su se débrouiller dans un environnement pas toujours facile, pour ne pas dire hostile.

Cette débrouillardise, cette volonté de prendre sa vie en main, Julie Coudry (www.juliecoudry.com) l'incarne. La directrice de l'agence a à peine 30 ans et déjà une carrière. Souvenez-vous, la passionaria anti CPE, c'était elle qui de plateau télévisé en studio de radio, sans oublier les AG et les manifs, expliquait pourquoi le projet devait être abrogé... jusqu'au retrait de la loi. C'était en 2006. Deux ans plus tard, elle est à la manœuvre pour créer La Manu, avec cette idée simple : le succès passe par la mobilisation des étudiants. Pas question de créer une structure lourde qui aurait été faite d'en haut pour les étudiants. Si l'insertion des jeunes la passionne toujours, elle change la donne et créée un outil qu'ils pourront utiliser. Pour la génération Internet, le réseau - la Manu est bien sûr sur Facebook (www.facebook.com) - et la motivation sont des préalables. En 2009, l'agence sera présente dans 3 universités pilotes et une montée en charge régulière est d'ores et déjà prévue pour atteindre 12 universités en 2012.
Pour créer la Manu,  les deux fondateurs Julie Coudry (directrice générale) et Laurent Bérail (www.laurentberail.com) (président) ont réuni tous leurs réseaux. Le conseil d'administration de l'agence réunit responsables universitaires, cadres d'entreprises et figures du milieu associatif... La liste des entreprises (http://la-manu.fr/partenaires.php#p2 ) qui soutiennent l'association regroupe Safran EDF Siemens Danone ou le Crédit Agricole..  Pas moins de deux membres du gouvernement ont fait le déplacement : le haut commissaire aux solidarités actives Martin Hirsch et le secrétaire d'Etat à l'Emploi, Laurent Wauquiez. Le ministère soutien le projet à hauteur d'un million d'euros « mais il faudra que nous fassions régulièrement le bilan de ce qui marche et de ce qui ne marche pas » a-t-il prévenu en se félicitant « de cette initiative innovante venue des étudiants ».

A ceux qui doutent, le mot de la fin revient à Malik Ndione, étudiant à Strasbourg : « vous savez pourquoi ça va marcher ? Parce que c'est nous qui allons le faire ». Encore un peu et on se serait crû en Amérique....

Christophe Bys

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle